Garder ses bracelets de festival : mauvais pour la santé ?

Garder ses bracelets de festival : mauvais pour la santé ?
Garder ses bracelets de festival : mauvais pour la santé ? - © Tous droits réservés

Vous étiez peut-être à Dour ce week-end, et aujourd'hui, en souvenir des bons moments, vous avez décidé de conserver votre bracelet.

Sans doute pensiez-vous le porter pour les prochains festivals pour ainsi, à Esperanzah! ou Pukklepop, pouvoir facilement retrouver les festivaliers endurcis qui étaient, eux aussi, à Dour. Ensemble, vous pourrez évoquer les bons souvenirs, et partager une connexion singulière, grâce à cette petite bande de tissu entourant votre poignet. 

Des risques sanitaires 
Cependant, ce signe presque religieux n'est pas sans risque : la microbiologiste anglaise Alison Cottell a analysé deux bracelets portés depuis 2013 par des festivaliers du mythique Reading Festival, et a découvert qu'ils contenaient 20 fois plus de bactéries que des habits classiques, nous livre le tabloïd Daily Mail

Cette chercheuse de l'université de Surrey (Grande-Bretagne) a détecté plus de 9000 microcoques et 2000 staphylocoques sur les bracelets. Ces bactéries sont présentes naturellement sur la peau, mais la spécialiste explique que les staphylocoques sont ici particulièrement concentrés sur le bracelet et peuvent donc infecter une peau entaillée, voire, dans les cas les plus graves, déclencher une septicémie (contamination grave et durable, sans traitement, du sang par un germe). Elle précise que certains types de staphylocoques sont très résistants aux antiseptiques.

Un outil de sociabilité
Pour Chloé, festivalière et bénévole aguerrie, cette étude ne change rien : "Avec toutes les 'saloperies' qu'on trouve dans les fruits avec les pesticides, la pollution en ville, les ondes des micro-ondes, des téléphones, etc., je pense pas que ce soit mes bracelets qui fassent la différence".

Pour elle, ces bracelets sont des reliques de moments extraordinaires qu'elle conserve précieusement : "Je garde généralement les bracelets des festivals que j'ai préféré". De plus, leur facteur de sociabilité est indéniable, que ce soit pour rencontrer des gens, ou garder des contacts : "C'est un moyen de partager avec les gens : 'Ah tu as fait ce festival ? C'était cool ?'". Elle ajoute : "Une fois, j'ai discuté avec une fille qui m'a accostée parce que j'avais le bracelet de la Fête de l'Humanité". Inversement, ces bracelets peuvent être les vestiges d'une amitié passée : "J'ai gardé tous mes bracelets Solidays en mémoire des personnes avec qui j'ai partagé ce festival". Bactéries ou pas, Chloé conservera ses nombreux bracelets au poignet, et a même ajouté dimanche celui du festival des FrancoFolies de Spa pour lequel elle a travaillé en tant que stagiaire. 

Transmission des bactéries
Selon la scientifique britannique, le risque principal de cette profusion de bactéries repose dans la transmission de maladies à des personnes plus faibles. Elle recommande ainsi aux individus travaillant dans le domaine médical ou dans l'industrie agroalimentaire de ne pas porter leurs bracelets, car c'est dans ces milieux-là que les risques sont les plus élevés.

Article original paru sur RTBF INFO.