Festivals musicaux : éviter les décibels pour se prémunir des acouphènes

Time of our lives
Time of our lives - © PeopleImages - Getty Images

Un bruit strident qui transperce votre cerveau, que certains décrivent comme une scie métallique, ou d’autres comme une craie sur un tableau: les acouphènes sont toujours une expérience désagréable. La saison des festivals s'ouvre en Belgique, le Conseil supérieur de la santé invite, à cette occasion, les jeunes à faire attention à leurs oreilles, à ne pas rester trop près des baffles par exemple.

Les acouphènes sont un mal en augmentation chez les Belges. Un jour, il apparaît après une soirée trop bruyante ou bien sans raison apparente, il arrive, il repart ou ne nous quitte plus.

Bourdonnement ou sifflement

Valérie Wiener, médecin ORL, explique qu'on "parle des acouphènes pulsatiles, par exemple si on entend son cœur battre. On appelle ça aussi un acouphène parce qu’on entend un bruit, mais qu’on est seul à percevoir et ça, ça peut survenir si on a des problèmes au niveau de la tension artérielle ou bien des petites anomalies au niveau des vaisseaux de la tête et du cou. Ou bien on peut avoir des bruits de de type bourdonnement, ou des bruits de type sifflements qu’on va appeler plus souvent les acouphènes qu’on est seul à entendre. Ceux-là sont souvent liés à une perte auditive".

Entre 10 et 30 % de la population en sont atteints à des degrés divers. Traumatismes ou vieillesse, il est important de repérer les signes précurseurs, poursuit Valérie Wiener: "La sensation d’oreilles bouchées ou le sifflement qui perdure après un traumatisme sonore. Alors, dans un premier temps, passez chez votre médecin traitant pour qu’il regarde vos paramètres, voir s’il n’y a pas un dérèglement au niveau de la tension, du cholestérol. Et si les symptômes persistent, il vous dirigera vers un ORL".

Éviter les décibels reste la meilleure des préventions.

 

Article original paru sur RTBF Info.