Être trop maigre expose à une ménopause précoce, avant 45 ans, selon une étude

Dans l'étude, à l'âge de 35 ans, les femmes en sous-poids ayant un IMC inférieur à 18,5 kg/m2 avaient un risque de ménopause précoce augmenté de 59 %.
Dans l'étude, à l'âge de 35 ans, les femmes en sous-poids ayant un IMC inférieur à 18,5 kg/m2 avaient un risque de ménopause précoce augmenté de 59 %. - © AMR Image - Getty Images

Les femmes en sous-poids ou qui ont perdu près de 10 kg entre l'âge de 18 et 30 ans ont beaucoup plus de risque de connaître une ménopause précoce, avant 45 ans, selon une étude publiée ce jeudi 26 octobre dans la revue Human reproduction.

Selon cette nouvelle étude, être ménopausée à un âge précoce avant 45 ans (la moyenne se situant à 50 ans) serait dû, entre autres, à un poids trop faible ou des variations de poids depuis l'âge de 18 ans.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi 78.759 femmes âgées de 25 à 42 ans de 1989 à 2011, en observant leur indice de masse corporelle (IMC), la répartition du poids, le changement du poids au cours de la période et l'âge de la ménopause. Antécédents médicaux, tabagisme et activité physique ont été pris en compte au début de l'étude puis mis à jour tous les deux ans via des questionnaires. Au cours du suivi, 2.804 femmes ont été ménopausées, selon l'étude.

L'étude montre que les femmes de poids insuffisant à n'importe quel âge, ayant un IMC inférieur à 18,5 avaient un risque augmenté de ménopause précoce de 30% comparativement aux femmes très minces ou de poids normal (entre 18,5 et 22,4). Ce chiffre atteint même 50% pour les femmes maigres à 18 ans (moins de 17,5).

À l'âge de 35 ans, les femmes en sous-poids ayant un IMC inférieur à 18,5 avaient un risque de ménopause précoce augmenté de 59 %.

 

À l'inverse, le surpoids semble repousser l'arrivée de la ménopause : les femmes avec un indice de masse corporel situé entre entre 25 et 29,9  avaient un risque inférieur de 21 à 30% comparativement aux femmes très minces ou de poids normal.

Les chercheurs ont également constaté que les participantes qui ont déclaré avoir perdu près de 10 kg ou plus, trois fois ou plus entre 18 et 30 ans, avaient 2 à 4 fois plus de risque d'être ménopausées tôt dans la vie. 7 femmes étaient dans ce cas, selon l'étude.

Environ 10% des femmes connaissent une ménopause précoce. Ce bouleversement hormonal plus tôt dans la vie est associé à des risques de maladies cardiovasculaires plus élevés, des défaillances cognitives, de l'ostéoporose et une mortalité précoce, d'où l'importance de considérer la question du poids avec son médecin, conseillent les auteurs de l'étude.

 

Pour consulter l'étude : https://academic.oup.com/humrep/article/doi/10.1093/humrep/dex304/4562350/Adult-adiposity-and-risk-of-early-menopause