Diabète : une piste de traitement dévoilée par des chercheurs américains

Diabète : une piste de traitement dévoilée par des chercheurs américains
Diabète : une piste de traitement dévoilée par des chercheurs américains - © IPGGutenbergUKLtd - Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs américains de l'université de Californie ont mis en évidence le rôle clé d'une protéine, dans le développement de la résistance à l'insuline, propre au diabète. À quelques jours de la journée mondiale consacrée à la maladie, le 14 novembre, ces travaux ont été publiés dans la revue Cell.

Cette nouvelle étude américaine porte l'espoir d'un nouveau traitement du prédiabète et du diabète.

Des scientifiques de l'université de Californie San Diego aux États-Unis ont identifié le rôle clé d'une protéine, la galectine 3 ou Gal3 dans le développement de la résistance à l'insuline, elle-même responsable du dérèglement des métabolismes des sucres chez les diabétiques.

Ils se sont rendu compte que lorsqu'on l'éliminait cette protéine, il était possible, chez des souris obèses diabétiques, d'inverser la résistance à l'insuline et l'intolérance au glucose, propres à la maladie.

Le mécanisme d'action de la Gal3 est le suivant: en se liant aux récepteurs de l'insuline sur les cellules, Gal3 empêche l'insuline de se fixer aux récepteurs, ce qui provoque cette résistance cellulaire à l'insuline.

L'équipe de chercheurs a prouvé qu'en éliminant génétiquement Gal3 ou en utilisant des inhibiteurs pharmaceutiques pour cibler la protéine, la sensibilité à l'insuline et la tolérance au glucose peuvent être inversées jusqu'à un retour à la normale. L'obésité, elle, subsiste.

Les chercheurs expliquent que les macrophages, des cellules chargées de digérer et de détruire les corps étrangers, qui infiltrent le tissu adipeux et provoquent l'inflammation, sécrètent la protéine Gal3. La protéine va alors agir comme une "protéine de signalisation" qui va attirer encore plus de macrophages, qui vont produire à leur tour encore plus de Gal3. Par conséquent, la résistance à l'insuline va s'enclencher.

Les macrophages dérivés de la moelle osseuse sont également identifiés par les chercheurs comme source de Gal3 et cause indirecte de résistance à l'insuline. Ainsi, Gal3 sécrétée par les macrophages, peut déclencher le développement d'une résistance à l'insuline dans le foie.

Thérapie génique ou inhibition par traitement médicamenteux de la gal 3, les deux options sont à étudier, selon les chercheurs, dans l'objectif de prévenir ou inverser le diabète, mais aussi certaines maladies du foie.

En France, le diabète est la maladie chronique la plus répandue, avec "environ 3,5 millions de personnes" traitées pour diabète en 2014, selon l'Assurance maladie (3 millions pour le seul régime général de la Sécurité sociale), soit 5,3% de la population. Et ce nombre augmente de près de 3% chaque année, même si la progression a un peu ralenti ces dernières années.

Pour consulter l'étude cliquez ici.: http://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(16)31445-3