Deux thérapies combinées pour augmenter le temps de sommeil des ados

Deux thérapies combinées ont permis d'augmenter le temps de sommeil des ados, montre une étude.
Deux thérapies combinées ont permis d'augmenter le temps de sommeil des ados, montre une étude. - © NicolasMcComber - Getty Images/iStockphoto

Une expérience menée sur des lycéens par des chercheurs de l'école de médecine de l'université de Stanford (Etats-Unis) a montré que combiner luminothérapie et thérapie cognitivo-comportementale permet d'augmenter la durée totale de sommeil des adolescents de 45 minutes par nuit.

L'étude a consisté à tester deux types de thérapies sur 102 adolescents sur une période de quatre semaines. Parmi eux, 72 ont été traités par luminothérapie, une méthode qui consiste à exposer régulièrement le patient à une source de lumière blanche artificielle et qui permet (entre autres) de régler l'horloge biologique. Au cours de la deuxième phase de l'étude, les 30 autres participants ont été divisés en deux groupes. La moitié d'entre eux a reçu de la luminothérapie pendant leurs deux dernières heures de sommeil et l'autre moitié a reçu une luminothérapie fictive.

Tous les adolescents ont également participé à quatre séances d'une heure de thérapie cognitivo-comportementale (TTC) afin de les encourager à s'endormir plus tôt. Les chercheurs ont déterminé avec les adolescents les facteurs les plus motivants pour gagner du sommeil supplémentaire (améliorer ses résultats scolaires, booster ses performances sportives...).

Testées séparément, les deux méthodes se sont avérées peu efficaces.

D'après les auteurs de l'étude, le véritable changement s'est opéré lorsque les 2 thérapies ont été combinées.

En effet, comparé à ceux qui n'ont reçu que l'une des deux méthodes, les adolescents qui ont fait de la luminothérapie et participé à des séances de TTC sont parvenus à augmenter leurs temps de sommeil de près de 45 minutes par nuit. Ces derniers avaient également six fois plus de chances de réussir à maintenir des heures régulières de coucher.

Selon les auteurs de l'étude, dont les résultats sont publiés dans la revue Jama Network Open, la prochaine étape consistera à trouver la meilleure façon d'offrir une brève thérapie cognitivo-comportementale afin d'améliorer la durée du sommeil d'un large échantillon d'individus.