Des pansements connectés et intelligents pour accélérer la cicatrisation de la peau

Ce type de pansement pour fournir de précieuses informations sur l'état d'une blessure en temps réel.
Ce type de pansement pour fournir de précieuses informations sur l'état d'une blessure en temps réel. - © YouTube / NATO

Des scientifiques planchent actuellement sur un prototype de bandage intelligent qui, à l’aide de capteurs spécifiques, pourrait communiquer en temps réel de précieuses informations sur toutes sortes de plaies afin de pouvoir les soigner le plus rapidement possible.

Ces travaux menés à l’Université libre de Bruxelles (ULB) et parrainés par l’OTAN ont permis le développement d’un type de patch équipé de capteurs capables de transmettre des informations comme la température, le niveau d’hydratation ou d’acidité (pH) d’une blessure. De cette manière, les médecins peuvent savoir quels patients nécessitent les soins les plus urgents. Ces données peuvent aussi être transmises à un logiciel d’apprentissage automatique, lequel déterminera également la gravité de la plaie et quand il faudra intervenir.

Ces pansements sont composés de trois couches bien distinctes : une bande en hydrogel de collagène, des cristaux liquides et des capteurs spécifiques. Les cristaux liquides indiquent à la surface du patch les différents niveaux d’alerte. Quant aux capteurs, ils peuvent être associés à des cellules souches capables de réduire le temps de cicatrisation de certaines blessures graves de 30 à 10 jours.

Ce projet de recherche a été baptisé Rawints (pour "RApid Skin Wound healing by INtegrated Tissue engineering and Sensing). Il vise certaines populations spécifiques, comme les victimes de guerre, soldats et civils, mais également les astronautes qui pourraient partir pour de longues missions vers la Lune ou Mars.


Lire aussi : Destination tendance du moment, la planète rouge : trois sondes sont en partance vers Mars


A noter que l’OTAN ne s’arrête pas là et a d’ores et déjà lancé un nouveau programme de recherche sur plusieurs années, le SP4Life (pour Smart Patch for Life support system), visant cette fois à associer un microphone dans des pansements pour surveiller les battements de cœur de patients, là encore militaires ou astronautes en mission.