Crème solaire pour enfant: la prudence est de mise!

Crème solaire pour enfant: la prudence est de mise!
Crème solaire pour enfant: la prudence est de mise! - © shalamov - Getty Images/iStockphoto

L’association française de consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce mardi 5 juillet les résultats d’un test évaluant la qualité des crèmes solaires pour enfants. Sa conclusion est affolante : un tiers des produits testés ne présente pas une protection suffisante contre les rayons ultra-violets A (UVA).

L’association, qui a déjà porté plainte contre cinq enseignes (Clarins, Bioderma, Biosologis, Alga Maris et Lovea), dénonce des "pratiques commerciales trompeuses". Derrière des étiquetages vendeurs, les produits ne protègent pas bien voire pas du tout contre les UVA. "Ces résultats sont d’autant plus inadmissibles que tous ces produits sont porteurs d’indices élevés ainsi que des mentions ‘Haute protection’ ou ‘Très haute protection’ et affichent sur leur emballage le logo ‘UVA’ laissant croire à tort aux consommateurs que les produits sont pleinement protecteurs", déclare l’association.

Elle ajoute : "Si la totalité des 17 produits testés protège correctement des UVB, en revanche cinq d’entre eux n’offrent pas -et de loin- la protection minimale contre les UVA requise par les experts français et les autorités européennes".

Quelle différence entre UVA et UVB ?

Les rayons ultraviolets A (UVA) et B (UVB) sont deux types de rayonnement capables d’endommager la peau, explique la Fondation contre le Cancer. Les UVB constituent une petite fraction du rayonnement ultraviolet. Ce sont princialement les UVB (présents entre douze heures et quinze heures) qui génèrent des coups de soleil en endommageant la couche superficielle de la peau, provoquant brûlures et cancers dans les pires cas.

Les UVA quant à eux pénètrent les couches profondes de la peau. Ces rayons provoquent brûlures, rides, taches cutanées, peau brune, lésions cutanées précancéreuses et cancers de la peau.

Ainsi même si l'enfant ne contracte pas un coup de soleil visible après avoir appliqué une crème solaire dont la protection était insuffisante, cela ne signifie pas que sa santé n'est pas mise en danger.

Des produits de grande marque sont visés

"Les consommateurs ne peuvent pas non plus se fier aux produits de grande marque". 

L’UFC-Que Choisir cite des noms d’enseignes connues, et dénonce leur inefficacité. De plus, elle déconseille vivement les crèmes solaires biologiques, affirmant que les filtres anti UV à base de minéraux ne sont pas suffisant pour protéger des UVA. "Sur les 5 produits [biologiques] testés, 2 offrent une protection à peine correcte et 3 une protection très insuffisante !"

Les conseils de Test Achat

En mai 2016, Test Achat avait effectué une enquête similaire sur un échantillon de 13 produits. Au total, deux crèmes proposaient une protection insuffisante contre les UVA, et une se situait à la limite légale.

Cependant Test Achat et La Fondation contre le Cancer s'accordent pour dire que la seule application de crème solaire n'est pas suffisante pour protéger les enfants des méfaits du soleil. Chapeau, lunettes, vêtements couvrant les bras et les jambes sont vivement conseillés.

Pour les parties non couvertes, la crème doit être appliquée toutes les deux heures, et à chaque fois que l'enfant a été mouillé. De plus, il est préférable de ne pas exposer l'enfant quand le soleil est au zénith, approximativement entre douze et seize heures.

Test Achat ajoute que dans la cas d'un bébé de moins de 6 mois, l'exposition de la peau au soleil est à bannir, quelle que soit l'heure.

Article original publié sur notre site info.