Courir une fois par semaine permettrait de réduire son risque de mortalité

Courir une fois par semaine permettrait de réduire son risque de mortalité.
Courir une fois par semaine permettrait de réduire son risque de mortalité. - © Marija Jovovic - Getty Images

De nouvelles recherches internationales ont montré que peu importe la durée et la cadence, la course à pied permet d'abaisser le risque de mortalité des sujets qui s'y adonnent, même une fois par semaine seulement.

 

Cette méta-analyse, menée par des chercheurs d'Australie, de Thaïlande, d'Autriche et de Finlande, a passé en revue 14 études préexistantes concernant la santé de 232.149 personnes suivies entre 5,5 et 35 années.

Les chercheurs ont analysé les données pour voir s'il existait une association entre la course et le risque de décès toutes causes confondues, de maladies cardiovasculaires et de cancer.

La course à pied semble abaisser de 27% le risque de mortalité toutes causes confondues chez l'homme et la femme en comparaison avec les sujets qui ne courent jamais.

De plus, n'importe quelle quantité de course était associée à un risque abaissé de 30% de maladies cardiovasculaires et faisait aussi reculer de 23% le risque de décès des suites d'un cancer.

La plus petite quantité de course, évaluée dans l'étude à moins de 50 minutes par semaine à une cadence de moins de 8 km/h, était associée à un abaissement significatif du risque de décès toutes causes confondues.

En effet, bien que les scientifiques n'aient pas réussi à établir une quantité minimale de course pour réduire son risque de mortalité, leur étude ne leur a pas permis d'avancer que l'augmentation de la fréquence, de la durée ou de la cadence de course entraînait de meilleurs résultats pour allonger sa longévité.

 

Mais comme cette méta-analyse se fonde sur l'observation, les chercheurs soulignent qu'elle ne peut pas établir de lien de cause à effet. Ils notent aussi que le fait de ne passer en revue que 14 études limite les conclusions et que les méthodes de chaque étude variaient grandement, ce qui a pu influencer les résultats, repris en ligne par le British Journal of Sports Medicine.

Ils concluent cependant que courir, peu importe la durée ou la fréquence, est meilleur pour la santé que de ne pas courir du tout et que ce sport peut améliorer la santé et la longévité de la population.