Comprendre la distinction entre intolérance et allergie alimentaires

Comprendre la distinction entre intolérance et allergie alimentaires
Comprendre la distinction entre intolérance et allergie alimentaires - © Tous droits réservés

Sous la même expression «réaction alimentaire», nous avons pris l'habitude de désigner tous les effets indésirables découlant de l'ingestion d'un aliment, alors qu'en réalité, elle se divise en deux grandes catégories : d'un côté les allergies et de l'autre les intolérances.

Petit tour d'horizon des réactions les plus fréquentes et quelques clefs pour comprendre deux notions à ne pas confondre, voici ce qu'il faut savoir à ce sujet !

 

L'allergie et le système immunitaire

On pourrait la définir comme une réponse anormale du système immunitaire à un aliment. Le plus souvent, l'allergie alimentaire est une réaction des anticorps qui, lorsqu'ils entrent en contact avec un allergène spécifique, provoquent la libération massive de médiateurs chimiques, responsables de l'apparition des symptômes associés à l'allergie.

La sévérité des symptômes dépend de l'individu et l'allergène en cause, en commençant par des nausées ou de l'urticaire, jusqu'à des manifestations sérieuses comme des démangeaisons et un gonflement du visage, des lèvres, de la bouche et de la gorge, avec un essoufflement ou une respiration sifflante. On n'est pas allergique à un aliment par nature, on le devient. Il est donc possible de le devenir après des années passées à consommer l'aliment en question sans problèmes.

 

L'intolérance et les enzymes

L'intolérance alimentaire vous met simplement mal à l'aise. Le plus souvent un aliment vous fait vous sentir pas top, mais vous pouvez quand même le consommer sans risquer les symptômes sérieux. Elle ne fait pas intervenir le système immunitaire, mais consiste plutôt en une réaction du métabolisme, due à une enzyme inexistante, inactive ou insuffisante. A cause de cette anomalie, le corps est incapable de digérer certains aliments. Les plus fréquentes sont les intolérances au lactose, au gluten, au fructose et à l'histamine.

Bien que l'intolérance alimentaire prenne généralement place au niveau du système digestif, les symptômes qui y sont associés ne se limitent pas toujours à des douleurs abdominales, des flatulences, des nausées ou de la diarrhée. En fait, des manifestations aussi peu spécifiques que la fatigue, l'irritabilité, un mal de tête et une éruption cutanée peuvent apparaître, ce qui rend d'autant plus difficile l'établissement du diagnostic.

 

Ce qu'il faut savoir

Les scientifiques pensent que les intolérances alimentaires sont en augmentation car nous avons maintenant accès toute l'année à de nombreux aliments hors saison, jusqu'à manger les mêmes choses maintes et maintes fois. Ce que notre système digestif ne supporte pas. L'autre cause est sans doute les additifs alimentaires. En cas de problèmes digestifs, votre médecin généraliste évaluera, en fonction de vos symptômes et des aliments impliqués, la nécessité ou non d'effectuer des examens complémentaires ou un régime adéquat, afin de vous soulager.

 

Comment les différencier ?

C'est à ce niveau que les choses deviennent plus compliquées. Malheureusement, il est très difficile de tracer une ligne franche entre l'allergie et l'intolérance à un aliment avant d'avoir obtenu un diagnostic clair d'un médecin. Il y a cependant certains signes qui peuvent diriger le médecin lors du diagnostic, particulièrement dans le cas de l'allergie. Si vous croyez présenter une intolérance ou une allergie alimentaire, le mieux est de consulter votre médecin. Si c'est le cas, il n'y a pas de risque à prendre et un diagnostic doit être posé par un allergologue afin de déterminer le plan de traitement approprié. S'il s'agit d'une intolérance, le suivi par le spécialiste vous permettra d'adapter votre mode de vie et votre alimentation afin de limiter les symptômes. Dans tous les cas, un avis médical est recommandé.