Comment procéder à une auto-médication en toute sécurité ?

Comment procéder à une auto-médication en toute sécurité?
Comment procéder à une auto-médication en toute sécurité? - © Hope Connolly - Getty Images/iStockphoto

Le recours à la prise de médicaments sans ordonnance est de plus en plus répandu. Certaines douleurs ne nécessitent pas une consultation médicale, ce qui encourage l'automédication. Toutefois, se soigner sans l'intervention d'un médecin peut s'avérer dangereux.

Voici quelques conseils utiles et des précautions pour pratiquer l'automédication en toute sécurité :

  • N'optez pour l'automédication qu'en cas de pathologies peu graves

L'automédication est parfois source de danger si elle n'est pas pratiquée avec responsabilité et beaucoup d'attention. Afin de vous éviter un réel problème de santé, n'usez pas de médicaments sans une prescription pour soigner des troubles graves, des malaises continus ou en réutilisant des médicaments prescrits préalablement. Vous devez réserver cette pratique aux pathologies sans gravité comme les rhumes, les migraines, les douleurs abdominales passagères ... En présence de symptômes bénins, il est plus facile de se prendre en charge et de se soigner seul. Cependant, faites attention en cas d'association de plusieurs symptômes. Il est plus sûr de consulter votre médecin. En outre, évitez de prendre n'importe quel médicament si vous souffrez d'une maladie chronique comme le diabète, une insuffisance rénale ou un problème cardiaque. L'automédication ne doit se pratiquer que chez un adulte en bonne santé pour empêcher les complications.

  • Ne mélangez pas les médicaments

Dans votre intérêt, ne prenez jamais plusieurs médicaments en même temps. Vous n'êtes pas médecin et comprendre comment les médicaments fonctionnent ne s'improvise pas. Avaler certaines substances ensemble peut aggraver votre pathologie et causer des troubles dans votre organisme. On a généralement le réflexe d'augmenter les doses dans le cas où les douleurs ne sont pas atténuées ou encore de mélanger deux types de médicaments pour en multiplier l'effet. Mais certains traitements sont incompatibles et ne doivent pas être associés sous peine de diminuer leur efficacité ou pire, créer de nouvelles anomalies. Un mauvais usage ou un excès des quantités thérapeutiques administrées peut engendrer un danger direct ou indirect pour votre santé. Restez toujours attentif et vigilant et demandez conseil auprès de votre pharmacien sur les éventuels contre-indications ou effets indésirables. Prenez en considération les interactions entre les médicaments et favorisez la prise d'un seul médicament pour traiter votre malaise.

  • Lisez toujours la notice

Pensez toujours à lire la notice avant de prendre n'importe quel médicament et suivez à la lettre les conseils et la posologie indiqués. Ne négligez surtout pas les indications mentionnées comme, par exemple, les doses qu'il ne faut pas dépasser, l'heure de prise, l'écart entre les prises, l'importance de manger avant de prendre le remède ... Une automédication responsable signifie lire systématiquement la notice de chaque médicament utilisé. La notice vous informe sur les modalités de prise, les conditions d'emploi mais également sur les éventuelles contre-indications. Elle contient aussi la date et la validité du médicament. La notice vous renseigne sur la durée du traitement et dans quel cas il faut éviter d'en prendre. A noter que l'automédication est déconseillée pour les enfants, les nourrissons, les femmes enceintes et celles allaitantes. Si vous avez égaré la notice, consultez votre pharmacien pour lui demander de l'aide et des renseignements.

  • Contrôlez vos symptômes

Il est fortement conseillé de surveiller l'évolution de son état de santé suite à la prise de médicaments sans avis médical. La prise de remèdes doit être de courte durée et limitée dans le temps. Vous ne devez pas dépasser quatre à cinq jours d'automédication, car elle peut cacher dans certains cas des pathologies plus sévères. Consultez votre médecin si les symptômes persistent ou s'aggravent après l'administration des médicaments. N'oubliez pas de parler à votre médecin des traitements pris pour qu'il soit au courant de tout ce que vous avez utilisé comme médicaments et pour l'aider à vous prescrire un traitement sans interactions potentielles. En outre, adaptez votre mode de vie aux médicaments que vous prenez comme, par exemple, la consommation d'alcool, de certains aliments, la conduite d'un véhicule ...