Chiffre du jour : 0,5% à 1% de la population mondiale touchée par le vitiligo

Maladie bénigne de la peau, le vitiligo est une pathologie auto-immune qui se caractérise par l'apparition de tâches blanches sur le corps ou le visage.
Maladie bénigne de la peau, le vitiligo est une pathologie auto-immune qui se caractérise par l'apparition de tâches blanches sur le corps ou le visage. - © LeoPatrizi / IStock.com

Maladie bénigne de la peau, le vitiligo se caractérise par l’apparition de taches blanches sur le corps ou le visage.

Plusieurs études épidémiologiques nous apprennent que cette maladie dermatologique touche 0,5% à 1% de la population mondiale, soit 70 millions de personnes.

Cette pathologie auto-immune entraîne une perte des mélanocytes, les cellules impliquées dans la coloration de la peau.

"Le vitiligo peut survenir à n’importe quel moment de la vie, sans distinction d’âge, de teinte de peau ou d’origine géographique", précise l’association Française du Vitiligo.

Il existe diverses formes de vitiligo. S’il se répand le plus souvent sur l’ensemble du corps, il peut parfois se développer uniquement sur une partie bien localisée (on parle alors de vitiligo segmentaire). Vivre avec cette maladie, bien qu’elle soit considérée comme bénigne, entraîne des conséquences importantes sur la qualité de vie des patients, notamment des stigmatisations et une gêne à exposer les parties du corps dépigmentées au regard des autres.

 

Des traitements efficaces pour la dépigmentation du visage

Depuis quelques années, une meilleure compréhension de la maladie a permis de mettre des traitements efficaces au point, notamment la photothérapie (laser, lampe à rayons UVB) combinée avec l’application de crèmes dermocorticoïdes ou des greffes de mélanocytes pour les personnes touchées par un vitiligo segmentaire. Lorsqu’ils sont appliqués sur le visage, les traitements pour un vitiligo généralisé permettent une repigmentation efficace du visage, mais avec un délai s’étendant de 6 à 24 mois pour obtenir des résultats probants.

Une nouvelle piste de traitement présentée au congrès mondial de dermatologie en juin 2019 par des scientifiques américains laisse toutefois entrevoir la piste d’un traitement plus rapide pour un vitiligo non segmentaire. Élaboré sous forme de crème à partir de la molécule ruxolitinib, ce traitement a permis une repigmentation du visage chez environ 50% des patients testés au bout de six mois.