Cancer du sein métastatique : la charge mentale quasiment invisible des femmes

Cancer du sein métastatique : la charge mentale quasiment invisible des femmes.
Cancer du sein métastatique : la charge mentale quasiment invisible des femmes. - © Siam Pukkato / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Selon une enquête réalisée par le collectif 1310 auprès de 261 femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique, la charge mentale est lourde pour ces patientes, dont la maladie reste très peu connue du grand public.

"Pas un simple cancer du sein" : voici le message qu'ont souhaité faire passer les femmes sondées par le Collectif 1310 alors que le mois de sensibilisation Octobre rose bat son plein.


Lire aussi : A quoi ressemble la première ligne de lingerie post-mastectomie d'Etam ?


La forme grave de la maladie est trop peu connue du grand public

Selon des chiffres de l'association contre le cancer du sein Europa Donna, environ 5% des cancers du sein sont métastatiques d'emblée mais 20 à 30% des patientes traitées pour un cancer du sein sont susceptibles de développer à long terme des métastases. 

Dans cette étude, 66% des femmes plaident pour une meilleure reconnaissance auprès du grand public de cette forme grave de cancer du sein. 55% des patientes estiment que même leurs proches sous-estiment les difficultés liées aux répercussions de leur maladie sur leur vie quotidienne : 58% d'entre elles déclarent notamment ne plus arriver à faire ce qu'elles veulent ou même être dans l'incapacité d'avoir des projets (44%). 


Lire aussi : Une BD sur la charge mentale des femmes durant le confinement


Mais c'est surtout au niveau des tâches du quotidien (personnelles et professionnelles) que les répercussions de ce cancer s'avèrent éprouvantes, notamment à cause de la charge mentale qui pèse sur ces femmes. La majorité des patientes sondées (74%) souligne d'ailleurs l'importance de reconnaître l'existence d'une charge mentale directement liée à la maladie. Près de la moitié d'entre elles (41%) souhaiteraient pouvoir déléguer certaines tâches ménagères et 42% aimeraient avoir plus de temps pour elles.

D'une manière plus globale, cette charge mentale s'illustre dans tous les pans de la vie sociale : 52% des patientes confient qu'elles se sentent obligées "de faire bonne figure en toutes circonstances".

L'impact de la maladie sur le plan professionnel s'avère également important : 57% des femmes estiment que leur vie professionnelle est dégradée tandis que 45% ont l'impression d'avoir moins de compétences qu'avant leur cancer.