Cancer du sein: combinée à un traitement ciblé, l'hormonothérapie augmenterait les chances de survie

Cancer du sein: combinée à un traitement ciblé, l'hormonothérapie augmenterait les chances de survie des patientes.
Cancer du sein: combinée à un traitement ciblé, l'hormonothérapie augmenterait les chances de survie des patientes. - © andresr - Getty Images

Une étude présentée lors du congrès annuel de la Société Européenne d'Oncologie Médicale montre qu'un médicament de thérapie ciblé, combiné à l'hormonothérapie, améliore les chances de survie chez les femmes atteintes d'un cancer du sein avancé.

 

Menée par des chercheurs de l'université de Californie (Los Angeles, Etats-Unis), l'étude a été réalisée sur 726 femmes ménopausées atteintes d'un cancer du sein avancé à récepteurs hormonaux positifs et HER2 négatifs. Ces formes de cancers sont généralement soignées par hormonothérapie, un traitement qui stoppe l'action stimulante des hormones sur les cellules cancéreuses.

Les patientes impliquées dans l'étude ont été divisées en plusieurs groupes. Certaines ont reçu un traitement combiné d'hormonothérapie à base d'un médicament anti-œstrogénique appelé fulvestrant, et de ribociclib, traitement issu d'une classe d'inhibiteurs qui bloque l'activité des protéines favorisant la division cellulaire et la croissance du cancer. Les autres ont été traitées uniquement à base de fulvestrant.  

Les résultats dévoilent une réduction de 28% du risque de décès chez les femmes qui ont reçu un traitement ciblé combiné à l'hormonothérapie.

Après 42 mois, les taux de survie estimés étaient de 58% pour le traitement d'association médicamenteuse contre 46% pour les femmes traitées uniquement par hormonothérapie.

"Nous avons constaté une différence significative avec la combinaison du ribociclib et de l'hormonothérapie en première ligne. Il n'y a absolument aucune raison d'attendre pour donner ce traitement aux femmes. Ceci devrait être la nouvelle norme", affirme le Dr Dennis Slamon, chef de la division d'hématologie-oncologie de l'université de Californie et auteur principal de l'étude.