Augmenter sa consommation de vitamine K pour vivre plus longtemps ?

Augmenter sa consommation de vitamine K pour vivre plus longtemps ?
Augmenter sa consommation de vitamine K pour vivre plus longtemps ? - © ratmaner - Getty Images/iStockphoto

Une équipe scientifique américaine a montré qu’un bon apport en vitamine K, présente notamment dans les légumes à feuilles et les huiles végétales, pouvait aider à réduire le risque de mortalité.

Cette méta-analyse, publiés dans The American Journal of Clinical Nutrition et menée par des chercheurs des Tufts University et Tufts Medical Center, a pris en compte des données concernant 3891 adultes américains âgés de 54 à 76 ans, tous en bonne santé en début d’étude.

Les participants ont été classés en plusieurs groupes selon leur niveau sanguin de vitamine K, puis ont été suivis pendant environ 13 années pour évaluer leur risque de maladies cardiaques et de mortalité.

Une arme contre l’athérosclérose ?

Leurs résultats ont montré que bien qu’il n’y ait pas d’association significative entre les niveaux de vitamine K et les maladies cardiaques, les participants qui affichaient les niveaux les plus faibles de cette vitamine enregistraient un risque de mortalité augmenté de 19%, en comparaison avec les sujets affichant un niveau de vitamine K suffisant.

Leurs résultats restaient avérés même après avoir pris en compte des facteurs déterminants tels que l’âge, le genre, l’indice de masse corporelle, les traitements pris et la consommation de tabac.

La vitamine K est importante pour la santé des vaisseaux sanguins.

A ce sujet, l’auteure Kyla Shea a souligné que "la possibilité que la vitamine K soit liée aux maladies cardiaques et à la mortalité se fonde sur le fait que les protéines présentes dans les tissus vasculaires ont besoin de vitamine K pour fonctionner. Ces protéines aident à prévenir la formation de plaque sur la paroi des artères […]".

 

La santé vasculaire fragile

"Comme lorsqu’un élastique sèche et perd de son élasticité, lorsque les veines et les artères sont calcifiées, le sang circule moins efficacement, entraînant une multitude de complications. C’est pourquoi le fait de mesurer le risque de mortalité, dans une étude comme celle-ci, pourrait mieux montrer le spectre des événements associés à la dégradation de la santé vasculaire", a ajouté l’autre auteur, le professeur Daniel Weiner.

Les chercheurs soulignent cependant que cette étude se fonde principalement sur l’observation et qu’elle ne peut pas établir de lien de cause à effet. De plus amples recherches seraient donc nécessaires pour clarifier le lien entre vitamine K et l’abaissement du risque de mortalité mais pas du risque de maladies cardiaques.

La vitamine K est principalement présente dans les légumes à feuilles comme la laitue, le chou kale, les épinards ainsi que dans certaines huiles végétales comme celles de soja et de colza.