Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales

Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales.
Arrêts cardiaques hors hôpital : des médecins élaborent un outil pour évaluer les risques de lésions cérébrales. - © Nipitphon Na Chiangmai / EyeEm - Getty Images/EyeEm

Chez les patients victimes d'un arrêt cardiaque, les lésions cérébrales peuvent être importantes. Des médecins anglais du King's College Hospital de Londres ont élaboré un nouvel outil afin d'aider les soignants à mieux évaluer les symptômes et anticiper les risques.

L'arrêt cardiaque hors hôpital est un défi majeur de santé publique et peut entraîner une morbidité importante. Les patients présentent un risque extrêmement élevé de lésions cérébrales à long terme après un arrêt cardiaque mais il peut être difficile de le prévoir dès l'admission. 

Pour aider les centres spécialisés à améliorer la prise en charge de ces patients, des chercheurs anglais du King's College London et du King's College Hospital ont élaboré une sorte de barème visant à évaluer la gravité des symptômes. Baptisé "MIRACLE2, l'outil a été développé pour aider les décisions cliniques, améliorer la sélection des traitements appropriés et informer les familles sur les discussions à mener tôt après l'admission à l'hôpital. Leurs travaux ont été publiés dans l'European Heart Journal

Anticiper les risques pour adapter la prise en charge

L'étude a examiné les données de 400 patients ayant subi un arrêt cardiaque hors hôpital et traités au King's College Hospital, puis a identifié les caractéristiques des patients qui ont développé une lésion cérébrale.

L'équipe a ensuite procédé à une modélisation de prédiction afin de créer un score qui pourrait être facilement appliqué par les cliniciens lors de la prise en charge des patients en centre de crise cardiaque.

"Les personnes qui subissent un arrêt cardiaque sont parmi les patients les plus graves et les plus complexes à prendre en charge en urgence, avec un large éventail de résultats possibles allant d'une guérison complète à d'éventuelles lésions cérébrales à long terme."

"Le nouveau score de risque développé dans notre étude devrait grandement aider les équipes d'ambulanciers et les cardiologues d'urgence à prendre des décisions rapides sur la meilleure option de traitement pour chaque patient", espère Ajay Shah, professeur de cardiologie au King's College London. 

Selon les données 2017 d'une enquête du Registre européen des arrêts cardiaques, l'arrêt cardiaque hors hôpital (OHCA) soudain est la troisième cause de décès dans les pays industrialisés. D'après la même étude, plus de 350 000 patients sont victimes d'un OHCA chaque année en Europe.