Allergies alimentaires: une seule prise d'antibiotiques avant 1 an augmente le risque de 21%

 

Les antibiotiques sont connus pour modifier la composition de la flore intestinale - et ce à tout âge - d'où la recommandation d'éviter les prises trop fréquentes.

Chez le nourrisson qui développe son système immunitaire et donc sa tolérance aux protéines étrangères, les antibiotiques, selon le nombre de prises, peuvent de manière spectaculaire augmenter les risques d'allergies alimentaires, d'après ces derniers travaux de l'université de Caroline du Sud aux États-Unis. Cette exposition très précoce favoriserait la réaction auto-immune à certains aliments.

Les chercheurs ont suivi 1504 enfants souffrant d'allergies alimentaires et 5995 du même âge exempt d'allergies alimentaires, nés la même année en prenant en compte le sexe, l'ethnicité et des facteurs de confusion possibles comme les conditions de la naissance, l'allaitement, l'asthme, l'eczéma, l'âge maternel et le lieu de résidence.

D'après les résultats, les enfants qui ont reçu une prescription d'antibiotiques au cours de leur première année de vie ont un risque accru de 21% de diagnostic d'allergie alimentaire, comparé à ceux qui n'ont eu aucun traitement. Ce chiffre passe à 31% dès trois prescriptions et 43% à partir de quatre prises. Au-delà de cinq prescriptions, le risque s'accroît de 64%.

Parmi les différentes classes d'antibiotiques, certains seraient plus dévastateurs. L'étude pointe du doigt la prescription des céphalosporines et sulfonamides - communément appelés antibiotiques à large spectre - qui provoquent, respectivement, une augmentation du risque d'allergie alimentaire de 50 et 54%. Les pénicillines et macrolides auraient moins d'impact, selon l'étude.

De précédentes études concernant la prise trop fréquente d'antibiotiques ont démontré également le risque de déclencher des troubles métaboliques : l'exposition in utero augmenterait le risque d'obésité chez l'enfant à naître, un gain de poids significativement plus rapide que chez les autres enfants si trop exposés pendant cette période.

Mis à part les antibiotiques, une étude publiée dans la revue Science en février 2016 a montré que les enfants déclenchaient des réactions immunitaires du fait de ne pas manger assez d'aliments diversifiés. Manger normalement stimulerait des cellules du système intestinal qui empêcheraient le système immunitaire de rejeter de nouveaux aliments.

Pour conclure, les auteurs de l'étude rappellent l'importance de mieux identifier le besoin réel de donner des antibiotiques aux jeunes enfants.

Ces travaux ont été publiés dans la revue "Allergy, Asthma & Clinical Immunology".