Allergie au pollen : ces huiles essentielles qui peuvent vous soulager

Depuis plusieurs jours nous sommes en plein pic de pollen de graminées. Les désagréments s’en font véritablement ressentir avec à la clef des chatouillements, des rougeurs, le nez qui coule, des yeux larmoyants, des difficultés respiratoires, de la toux, des irritations cutanées… Et ce n’est pas près de s’arrêter sans vouloir vous mettre en totale déconfiture. Mais, mieux vaut prévenir que guérir non ? Certains spécialistes conseillent d’ailleurs d’appréhender ces phénomènes d’allergie et d’envisager un traitement en amont de l’été et de l’automne : ces moments majeurs où se manifestent ces rhinites allergiques, ces inflammations des muqueuses du nez.

Pour vous venir à la rescousse si vous n’avez pas entrepris un traitement préventif, l’aromathérapie pourra vous aider à apaiser de nombreux symptômes bien gênants.

Quelles huiles essentielles peuvent nous soulager ? Partons au coeur de la nature pour découvrir les plantes qui délivrent tous leurs bienfaits face aux allergies au pollen.

La camomille romaine et la camomille Matricaire (camomille Allemande)

4 images
© Getty Images

Face à ces inflammations des muqueuses et à l’ensemble des désagréments occasionnés par le pollen, on privilégiera les huiles essentielles antihistaminiques, antiallergiques, anti-inflammatoires et calmantes comme nous le recommande l’aromathologue Aude Gelli. Elle met ainsi prioritairement en avant la camomille romaine, anti-inflammatoire par excellence.

1. La camomille romaine

L’huile essentielle de camomille romaine serait l’essence idéale pour agir sur l’inflammation des muqueuses nasales. On la choisira pour ses qualités combinées suivantes :

  • anti-inflammatoire
  • anti-histaminique
  • calmante pour les démangeaisons

Aude Gelli nous propose la petite posologie suivante :

  • mélangez 2 gouttes d’huile essentielle de camomille romaine dans 1 cuillère à café d’huile végétale d’amande douce
  • massez le thorax et le haut du dos de 1 à 3 fois par jour jusqu’à amélioration de la crise
  • ne pas dépasser 3 jours de traitement

Camomille romaine et camomille matricaire se volent cependant la vedette si vous parcourez un panel complet d’écrit sur les huiles essentielles utiles face aux allergies au pollen. L’une et l’autre sont de grand recours selon leurs propriétés premières. La camomille romaine est anti-inflammatoire par excellence, là où la camomille matricaire (allemande) est la reine de l’apaisement. Chacune intervient selon des vertus bien spécifiques.

2. La camomille matricaire

Cette huile essentielle est celle qui prendra soin de votre peau, qui la soignera, l’apaisera. C’est sa force première mais, comme sa cousine, on lui reconnaît les vertus suivantes :

  • apaisante, calmante pour les réactions cutanées (muqueuses, urticaire, piqûres d’insectes, eczéma...)
  • antioxydante
  • anti-inflammatoire

Selon Françoise Couic-Marinier, Docteur en pharmacie, cette huile essentielle en plus de son effet apaisant limiterait la sécrétion d’histamine due aux allergies. Elle cumule bien des atouts en plus d’être d’assez bonne tolérance cutanée.

La posologie proposée :

  • 1 à 2% d’huile essentielle de camomille Matricaire mélangée dans de l’huile végétale de calendula qui a elle aussi des vertus adoucissantes pour les peaux irritées
  • appliquez localement 3 fois par jour – maximum 3 jours
  • pour les yeux larmoyants : utilisez un hydrolat de camomille romaine en bain d’yeux – 2 fois par jour

Lire aussi : Huiles essentielles et hydrolats : quelles différences ?


Diluer ces essences dans une huile végétale est vivement recommandé comme faire un test de tolérance cutanée avant emploi. Il est impératif de s’adresser à un spécialiste de la santé qui vous prescrira le juste dosage des huiles essentielles à utiliser seules ou combinées.

L’Eucalyptus radié

4 images
© Getty Images

L’eucalyptus radié, d’odeur plus fine que l’Eucalyptus globuleux, sera votre allié face aux allergies au pollen.

Le Docteur en pharmacie Jean-Philippe Zahalka la définit dans son livre "Le dictionnaire complet d’aromathérapie" comme étant l’huile essentielle spécifique des voies respiratoires hautes, c’est-à-dire de la sphère rhino-pharyngée.

On la retient pour contrer les inconvénients dus au pollen en raison de ses qualités :

  • anti-inflammatoire
  • décongestionnante
  • expectorante, fluidifiante
  • antivirale et stimulante immunitaire

Cette huile essentielle est tout indiquée pour soulager la rhinite allergique, on l’utilisera de façon préférentielle par inhalation et non par application cutanée.

Posologie recommandée par l’aromathologue Aude Gelli :

  • Inspirez profondément à quelques centimètres du flacon à raison de 3 à 5 fois par jour
  • en diffusion pour bénéficier des vertus anti-inflammatoire et décongestionnante : combinez 3 gouttes d’HE de camomille romaine avec 3 gouttes d’HE d’Eucalyptus radié dans votre diffuseur – 10 minutes, trois fois par jour.

Cette huile essentielle est contre-indiquée chez les personnes asthmatiques comme le souligne Aude Gelli.

La lavande fine

4 images
© Getty Images

La lavande est très appréciée en raison de son parfum subtil et très fleuri, on lui reconnaît de nombreuses propriétés en aromathérapie comme celle d’être :

  • calmante, sédative
  • anti-inflammatoire et antalgique
  • régénérante cutanée
  • décongestionnante pour lutter contre le nez bouché

Sa congénère la lavande aspic est selon Jean-Philippe Zahalka, une huile essentielle aux propriétés :

  • antalgique, anti-inflammatoire
  • anti-infectieuse
  • anti-catarrhale, expectorante
  • stimulante immunitaire

Lire aussi : Le pouvoir des huiles essentielles : la lavande aspic et les coups de soleil


Aude Gelli nous propose la posologie suivante, à la lavande fine :

  • déposez 2 à 3 gouttes sur un mouchoir
  • à respirer plusieurs fois dans la journée

La lavande fine fait partie des huiles essentielles à avoir dans son armoire à pharmacie en raison de sa grande polyvalence et de son innocuité importante.

Les recommandations

Il est toujours recommandé de faire un test cutané pour connaître votre tolérance à chacune des huiles essentielles. Parcourez les recommandations d’usage reprises dans l’article qui traite des différences entre les huiles essentielles et des hydrolats.

En guise de petite piqûre de rappel : le recours aux huiles essentielles est proscrit pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 6 ans. Prendre conseil auprès de votre médecin, votre pharmacien ou un spécialiste en aromathérapie est le bon réflexe à adopter.

Comme le souligne la Docteur en pharmacie, Françoise Couic-Marinier : "En aucun cas les informations et conseils proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé".

N’opérez pas vos mélanges et dosages à la légère, référez-vous à un spécialiste car les huiles essentielles peuvent s’avérer toxiques pour certaines d’entre elles ou si elles sont mal utilisées.