Allergie à l'arachide : la piste prometteuse d'un vaccin

Allergie  à l'arachide : la piste prometteuse d'un vaccin
Allergie à l'arachide : la piste prometteuse d'un vaccin - © Julia_Sudnitskaya - Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs américains dévoilent l'efficacité d'un nouveau vaccin contre l'allergie à l'arachide, la plus fréquente chez les enfants aux Etats-Unis. Ils publient leurs travaux dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology.

 

Un vaccin nasal, administré à raison de trois doses mensuelles, a évité des réactions allergiques chez des souris exposées à l'arachide, présentant les mêmes troubles que l'homme en cas d'ingestion (démangeaisons, problèmes respiratoires) indique une nouvelle étude américaine.

L'allergie à la cacahuète est plus fréquente aux Etats-unis où la population apprécie particulièrement le beurre de cacahuète. 2% des enfants américains seraient concernés contre 0,3 à 0,75% de la population totale en France.

 

Ce vaccin, fruit de travaux menés pendant plus de vingt ans par des chercheurs de l'Université du Michigan, se base sur le principe de l'immunothérapie et pourrait donner lieu à un essai clinique très prochainement chez l'homme, selon l'étude. 

"En redirigeant les réactions immunitaires, notre vaccin supprime non seulement la réponse mais empêche l'activation des cellules qui amorceraient des réactions allergiques", expliquent les auteurs de l'étude. 

 

Face à ces résultats encourageants, les chercheurs pensent avoir trouver le moyen de supprimer les allergies de longue durée. Des études sont en cours pour le confirmer. 

Au lieu de supprimer les aliments contenant de l'arachide ou traiter l'allergie une fois qu'elle est déclenchée, "notre but est d'utiliser l'immunothérapie pour changer la réponse du système immunitaire en développant un vaccin thérapeutique pour des allergies alimentaires", explique le Dr Jessica O'Konek, auteur principale de l'étude.

 

Autre piste prometteuse dévoilée en novembre 2017 par la société française de biotechnologie DBV : un patch, appelé Viaskin, incluant 250 microgrammes de protéine d'arachide, directement diffusée dans l'épiderme sans passer dans le sang. Après avoir été testé auprès de 420 enfants de 4 à 11 ans en Amérique du Nord, il a permis de diminuer de 98% le risque de choc allergique. Ce patch pourrait être mis sur le marché courant 2018, selon la Food and Drug Administration (FDA).

 

L'étude est publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology.

Consulter l'étude (en anglais): ici