Alcool et grossesse, une nouvelle étude prône l'abstinence

 

Cette nouvelle méta-analyse, menée par des chercheurs de l'Université de Bristol, a passé en revue 33 études menées au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Australie, en Scandinavie, au Canada et à Taïwan pour savoir si la consommation d'alcool pendant la grossesse pouvait affecter la santé mentale de l'enfant à l'âge de trois ans ou après.

Bien qu'il ait déjà été prouvé que la forte consommation d'alcool de la femme enceinte pouvait avoir des effets néfastes sur la santé physique de l'enfant à naître, les chercheurs n'étaient pas encore sûrs des effets de l'alcool sur la santé mentale des enfants, surtout en faibles quantités.

 

Les 33 études incluses dans cette analyse ont pris en compte plusieurs troubles mentaux comme l'anxiété/dépression, les problèmes émotionnels, le fait d'intérioriser les problèmes (considéré comme un comportement négatif car il entraîne un repli sur soi) et les troubles de la conduite (un problème présent chez les enfants et les ados comprenant plusieurs types de comportements antisociaux).

Les différentes études variaient en taille, allant de 41 à 37.315 participantes. Les femmes suivies buvaient différentes quantités d'alcool, de très faibles à l'hyperalcoolisation. Le suivi évoluait selon les études entre 3 et 26 ans.

Plus de la moitié des études rapportaient un lien entre l'alcool pendant la grossesse et des problèmes de santé mentale chez les enfants, surtout l'anxiété/dépression et les problèmes de comportement.

Les chercheurs ont noté que leurs résultats n'amènent pas de preuves d'un lien de cause à effet, mais ils ont tout de même conclu que la consommation d'alcool pendant la grossesse était associée à des troubles mentaux chez leurs enfants, même lorsque les doses étaient faibles ou modérées.

 

"Nos résultats suggèrent que la consommation d'alcool pendant la grossesse pourrait être associée à un risque accru de problèmes de santé mentale chez les enfants, et offre un appui pour les recommandations gouvernementales recommandant une abstinence complète d'alcool au cours de la grossesse", a commenté Kayleigh E. Easey, l'auteur de la méta-analyse. "Les femmes peuvent utiliser ces informations pour s'informer plus en détail sur leurs choix, et pour éviter les risques en lien avec l'alcool, à la fois lorsqu'elles sont enceintes et quand elles tentent de concevoir."

Les recommandations sanitaires britanniques du Department of Health encouragent les femmes enceintes à ne pas boire d'alcool pendant leur grossesse pour éviter tout risque sur le fœtus.