64% des femmes sont stressées selon une étude

2021 placé sous le signe du stress ? Depuis le début de l’année, plus d’un sondé sur deux se dit avoir été stressé (54%). Un taux qui monte jusqu’à 64% pour les femmes et 68% pour les moins de 35 ans.

Pandémie oblige, l’instauration des mesures sanitaires bouleverse le quotidien des Français depuis plus d’un an. Ces restrictions ont augmenté le stress de 48% d’entre eux, selon une étude Ifop pour Fitbit*. Au total, 54% des sondés disent avoir été stressés lors de ces six derniers mois.

Chez les femmes, la proportion est plus élevée avec 64%. Elles "sont sur-représentées dans toutes les enquêtes et les études épidémiologiques qui évaluent le stress, mais aussi l’anxiété et la détresse psychologique. On retrouve 1,5 à 2 fois plus de femmes, ce qui est conforme aux résultats retrouvés ici", explique le Dr Servant, responsable de l’unité spécialisée sur le stress et l’anxiété du CHRU de Lille

Cette situation est également mal vécue par 68% des jeunes de moins de 35 ans. "Beaucoup ont vécu le confinement dans des petites surfaces, parfois le retour chez les parents, le manque de relations, de moments festifs et de loisirs, l’inquiétude dans le travail ou les études", rapporte le spécialiste.

Un impact négatif sur la santé

62% des Français se disent impactés négativement par les effets du stress. Ce sont les femmes avec 70% et les jeunes avec 73% qui sont principalement touchés.

Pour se sentir mieux, la musique ou la lecture sont des solutions pour 34% des sondés. 26% privilégient la vie sociale ou familiale. 20% choisissent une activité sportive. Si 86% des sondés tentent de trouver une solution, 14% estiment n’avoir aucun moyen pour lutter contre le stress.

"Tous les dérivatifs, les activités nourrissantes pour le corps et l’intellect sont utiles contre le stress, mais elles sont insuffisantes lorsque le stress atteint un degré pathologique et dangereux pour la santé et se prolonge, conclut le Dr Servant.

*étude IFOP/Fitbit – Les Français et le stress – réalisée en ligne et auto-administrée du 8 au 9 juin 2021, sur un échantillon représentatif de 1003 citoyens français de 16 ans et plus. L’échantillon a été structuré selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.