45 composés toxiques retrouvés dans la poussière domestique


Des chercheurs américains du Milken Institute de l'Université George Washington ont synthétisé 26 études des données d'échantillons de poussière prélevés aux États-Unis. Ils ont retrouvé 45 composés chimiques toxiques issus de produits ménagers de consommation(revêtements de sol et de mobilier, produits de soins personnels et de nettoyage, etc.). 

D'après les résultats, 10 produits chimiques nocifs se retrouvent dans 90% des échantillons de poussière analysés: le DEHP (DiEthylHexyl Phthalate), un type de phtalate, arrive en première position sur la liste. Globalement, les phtalates (DEP, DEHP, BBP et DnBP) forment la catégorie de toxiques retrouvée au plus haut niveau dans la poussière : soit en concentration moyenne de 7682 nanogrammes par gramme de poussière.

En seconde position, les scientifiques ont observé la présence de phénols, issus des produits de nettoyage et articles ménagers, puis des produits chimiques ignifuges, dont un retardateur de flamme cancérigène connu, le "TDCIPP". Sans oublier la classe des perfluoroalkylés (PFASs) utilisés pour fabriquer les ustensiles de cuisine antiadhésifs, fréquemment retrouvés dans la poussière domestique à laquelle nous sommes exposées sur de longues durées.

Ces composés sont de nature à entrer dans le corps des jeunes enfants, particulièrement exposés à la poussière lorsqu'ils rampent, jouent à même le sol, et vont également mettre leurs mains à la bouche. On sait par exemple que les phtalates tels que DEP, DEHP, PNOD et DIBP sont associés à de nombreux risques graves pour la santé dont une baisse de Q.I. et des problèmes respiratoires chez les enfants.

Enfin, les chercheurs concluent que toutes ces substances présentes en petite quantité, mais sur une longue durée peuvent s'additionner à des risques de cancers, des anomalies de croissance et de la reproduction.

Pour limiter les risques, mieux vaut veiller à faire le ménage régulièrement, se laver les mains souvent et éviter l'utilisation de produits ménagers et de soins contenant ces substances toxiques.

Ces résultats ont été publiés dans la revue "Environmental Science & Technology".

Pour consulter l'étude : http://pubs.acs.org/doi/full/10.1021/acs.est.6b02023