Un cinquième des Belges ne sont pas eux-mêmes au travail

Un cinquième des Belges ne sont pas eux-mêmes au travail
Un cinquième des Belges ne sont pas eux-mêmes au travail - © courtneyk - Getty Images

De nombreux facteurs ont une influence négative sur notre satisfaction par rapport au travail.

La solitude au travail pèse le plus lourd dans le calcul du bonheur des Belges : 15,1 % des travailleurs belges sont confrontés à cette situation.

Porter un masque et ne pas pouvoir être pleinement soi-même au travail sont également des facteurs qui ont un impact négatif. Un cinquième des travailleurs (21,3 %) affirment devoir souvent à toujours porter un masque au travail.

Quant au stress, pas moins de 35,5 % des travailleurs belges déclarent ressentir souvent à toujours du stress au travail.

C’est ce qui ressort de nouveaux chiffres issus de l’Enquête nationale du Bonheur menée par l’UGent, avec le soutien de l’assureur-vie NN.

Lieven Annemans : "Ces résultats indiquent qu’il y a encore une grande marge de progression et que les employeurs peuvent vraiment faire la différence."

Selon l’experte Isabelle Hoebrechts, administratrice déléguée de 361° et passionnée par le bonheur au travail, il est primordial de tenir compte des besoins individuels des collaborateurs : "Pour être véritablement heureux au travail, il est important de pouvoir être soi-même au sein de l’entreprise. Il est donc essentiel pour l’employeur de vérifier ce qui est important pour chaque personne spécifique. Les supérieurs hiérarchiques d’aujourd’hui ont tout intérêt à se concentrer sur le leadership individuel et à veiller aux préoccupations et aux besoins de leurs collaborateurs, et d’agir à ce niveau."

À propos de l’Enquête nationale du Bonheur

L’enquête nationale du bonheur menée par l’Université de Gand (UGent) doit permettre aux Belges d’identifier ce qui les rend heureux, mais doit surtout leur donner des astuces pour œuvrer à une vie agréable et heureuse. Entre mars 2018 et mars 2019, le professeur dr. Lieven Annemans, titulaire de la chaire NN à l’UGent, présente régulièrement des résultats issus de cette enquête. Au total, 3770 personnes ont participé à l’étude.