Santé mentale, isolement : les réseaux sociaux à la rescousse des personnes âgées ?

Une étude scientifique révèle que certaines activités spécifiques réalisées sur Facebook, comme la publication de photos, seraient plus bénéfiques pour cette partie de la population que leur utilisation globale du réseau social.

Facebook, l'atout bien-être inattendu des plus de 60 ans

Publiés dans le journal Health Communication, leurs travaux montrent que les participants ayant publié le plus grand nombre de photos sur Facebook se sont sentis plus compétents, générant des niveaux de bien-être beaucoup plus élevés que les autres.

Quant à ceux qui avaient l'habitude de commenter et de recevoir des réponses à leurs posts, ils avaient tendance à se sentir plus familiers et connectés avec autrui.

Le dernier cas de figure concernait les personnes de plus de 60 ans qui avaient le plus personnalisé leur profil, ce qui a contribué à accroître leur sentiment d'autonomie.

Paradoxalement, les chercheurs ont découvert que l'utilisation globale de Facebook était associée à des niveaux de bien-être plus bas chez les participants.

Un constat qui amène les scientifiques à penser qu'il faut se concentrer sur certaines tâches pour contribuer à améliorer la santé mentale de ce pan de la population et lui permettre de se sentir moins isolé, notamment à l'heure où la crise sanitaire rend encore plus difficiles les interactions physiques avec les proches.

Faciliter l'accès aux médias sociaux des personnes isolées

"Une grande partie de la recherche sur les médias sociaux se concentre sur les jeunes parce qu'ils ont tendance à être les principaux utilisateurs de ces technologies mais les adultes plus âgés y sont également de plus en plus habitués et utilisent davantage les médias sociaux. Nous espérons donc que cette étude offre aux personnes âgées des moyens d'utiliser les médias sociaux pour améliorer leur santé mentale positive", explique l'un des chercheurs.

Ces travaux suggèrent également que les développeurs pourraient contribuer à améliorer "la connexion sociale" des personnes les plus isolées en période de distanciation sociale. De nouvelles études sont envisagées pour déterminer si le constat est identique sur d'autres médias sociaux.