Ranger: une source de bien-être

Ranger: une source de bien-être.
Ranger: une source de bien-être. - © Martin Novak - Getty Images

D'après une enquête commandée par l'union nationale des industries de l'Ameublement français et réalisée par l'Institut d'études Sociovision, le rangement est associé au bien-être pour près de la moitié des Français sondés (46%).

L'enquête a porté sur un échantillon représentatif de 1544 Français âgées de 18 à 70 an, à partir d'entretiens ethnographiques dans différents logements: appartement, petite maison, grande maison...

Un cocon à chouchouter

L'étude révèle que les Français affectionnent de plus en plus leur logement, considéré comme un cocon et un endroit privilégié pour se livrer aux loisirs créatifs. Mais c'est aussi un endroit où les personnes interrogées ont tendance à accumuler de plus en plus d'affaires. Parmi les sondés, 57% reconnaissent avoir tendance "à tout garder" et se sentir de plus en plus à l'étroit dans leur logement. 

Si la moitié de la population est consciente de "manquer d'espaces de rangement", 25% des personnes interrogées se disent prêtes à revoir leur façon de ranger.

Et 27% envisagent d'acheter des rangements supplémentaires dans les prochains mois. Concernant le choix des meubles, les Français valorisent des critères de consommation responsable tels que les matériaux naturels (34%) et le "made in France" (34%). Vient ensuite le style esthétique des meubles, jugé important par 31% des sondés. 

"Remettre de l'ordre dans sa vie"

Faire du tri chez soi semble quelque peu différent de la pénibilité des tâches ménagères. En effet, 87% des Français déclarent se sentir beaucoup mieux après avoir rangé, dont 32% évoquent un gain de temps dans la mesure où ils retrouvent plus facilement leurs affaires.

Un tiers d'entre eux y voient même un effet thérapeutique, allant jusqu'à considérer que "cela remet de l'ordre dans leur vie".

Le sondage montre également que le fait de ranger va bien au-delà de la simple corvée domestique et est désormais perçu comme une clé d'épanouissement personnel.

4 profils de rangeurs

Il existe cependant un juste milieu entre les personnes désordonnées et les accros au rangement. 

L'étude établit 4 profils: de ceux qui ne se préoccupent pas du désordre à ceux à qui la simple vue d'une paire de chaussures traînant au milieu du salon donne de l'urticaire.

Parmi eux, les "détendus" (30%), qui mettent le week-end à profit pour mettre un peu d'ordre dans leur logement ou avant de recevoir des invités. Viennent ensuite les "accumulateurs débordés" (16%), qui ont beaucoup de mal à jeter, ceux qui rangent régulièrement mais qui ont constamment l'impression de vivre dans le bazar (11%) et enfin ceux qui organisent, jettent et nettoient avec efficacité afin de ne pas consacrer trop de temps à ce type d'activité (17%).