Quand dit-on de parents qu'ils sont toxiques ?

Quand dit-on de parents qu'ils sont toxiques ?
Quand dit-on de parents qu'ils sont toxiques ? - © monkeybusinessimages - Getty Images/iStockphoto

Inventé par la psychologue nord-américaine, Susan Forward, le terme « parent toxique » peut en déranger plus d'un !

Nous n'avons en effet pas l'habitude d'associer des adjectifs à connotation négative à la notion de parentalité. Evidemment, on aura tendance à penser aux parents alcooliques, drogués ou pervers sexuels. Mais ce sont là des comportements extrêmes, dont la gravité ne doit pas masquer la toxicité de ce qu'on peut appeler des parents ordinaires, mais qui sont manipulateurs, dominateurs, critiques et méprisants.

Les spécialistes parlent de mécanismes inconscients qui se perpétuent de génération en génération. Il convient donc d'être attentif et de prendre conscience de cette réalité afin de s'engager dans un processus qui éviterait aux générations futures de vivre avec des séquelles. Voici quelques traits de caractères qui permettent de reconnaitre une parentalité toxique. Ils n'ont malheureusement pas besoin d'être cumulés pour devenir alarmants. Violence verbale et culpabilisation, le parent toxique est celui qui fait en sorte de culpabiliser son enfant en permanence. Montrer à son enfant qu'il a déçu ses parents est bien plus violent qu'une simple remontrance. L'enfant sait quand il fait une bêtise, il doit donc être puni pour ne pas lui donner envie de recommencer. Mais cela ne sert à rien de le culpabiliser.

La tendresse et l'affection des proches sont indispensables à l'équilibre psychologique de l'enfant. Ces sentiments pour être ressentis doivent être démontrés par les parents de façon explicite. Sachez qu'un enfant qui ne se sent pas aimé par ses parents sera un enfant triste et éteint. Chantage et punitions Les parents toxiques offrent des cadeaux et de l'argent contre service, écoute et performance. Ils privent de cela en cas de défaillance. Cette tactique renforce le matérialisme, détruit la motivation intrinsèque et la persévérance, dégrade l'estime de soi, pire encore, encourage au mensonge et à la manipulation.

Cette catégorie de parents arrive aussi à un point critique avec les punitions, qui produisent l'effet inverse en suscitant nervosité et anxiété chez les petits. Autoritarisme et exigence à l'excès L'autorité est bonne si elle est adaptée au stade de l'enfant. Tant qu'il est en bas âge, il a besoin d'être gardé et protégé. Elle devient abusive, si elle retient le petit et l'empêche de faire ses propres expériences. Il devient alors craintif et anxieux avec un grand sentiment d'impuissance. Il aura toujours besoin du conseil des parents qui l'envahissent, le manipulent et le dominent. Ces derniers ne s'excusent jamais. Alors que, lorsqu'on ne le fait pas en tant que parent et qu'on l'exige tout-de-même des enfants, une grande confusion s'installe tandis que, parallèlement, l'estime de soi de l'enfant diminue. 

Un parent toxique ne félicite jamais son enfant. Rien n'est jamais assez bien, assez parfait. Ce comportement finit généralement par faire perdre à l'enfant sa confiance en lui. Il ne se sentira jamais à la hauteur de ce qu'on lui demandera, parce qu'il n'a pas assez été encouragé. Ces critiques seront accompagnées souvent de moqueries, qui viendront déstabiliser encore un peu plus l'enfant, quel que soit son âge. Ces moqueries interviendront dans le cadre familial ou en public. Elles pourront créer des blessures profondes qui seront très longues à cicatriser. Le parent toxique finit par isoler son enfant, qui perd petit à petit confiance en lui et qui devient agressif avec les autres pour extérioriser son mal-être. Si on se rend compte qu'un ami ou quelqu'un de son entourage se conduit ainsi avec son enfant, il faut tenter de lui expliquer les conséquences néfastes d'un tel comportement sur son enfant.