Pourquoi certains sont-ils attirés par les personnages malfaisants ?

S'identifier à un personnage de méchant, comme Dark Vador, dans un film signifie peut-être que vous partagez certains traits de caractère avec lui.
S'identifier à un personnage de méchant, comme Dark Vador, dans un film signifie peut-être que vous partagez certains traits de caractère avec lui. - © JOSEP LAGO/AFP

Si vous enchaînez les séries et les films et que vous avez tendance à plus vous identifier aux méchants qu’aux héros, peut-être cela reflète-t-il votre personnalité, à en croire des chercheurs américains.

Une étude de 2020, menée par des chercheurs de la Northwestern University, a analysé des données collectées sur le site CharacTour, une plateforme de divertissement en ligne affichant 232.500 utilisateurs au moment de leurs recherches.

L’une des fonctionnalités du site est un questionnaire de personnalité qui permet aux utilisateurs de voir à quel point ils ressemblent à des personnages de méchants, comme Maléfique, le Joker et Dark Vador, ou à des héros positifs comme Sherlock Holmes, Joey Tribbiani ("Friends") et Yoda.

Ces questionnaires ont permis aux chercheurs de voir si les utilisateurs étaient attirés ou repoussés par les méchants qui avaient des traits de caractère similaires aux leurs.

Fiction : le mal sans inconfort psychologique

Leurs résultats ont montré que les participants qui étaient plus attirés par les personnages positifs avaient des similarités accrues avec ces héros. Les chercheurs ont cependant trouvé que les utilisateurs qui étaient plus attirés par les méchants partageaient aussi plus de traits de personnalité avec eux.

Les scientifiques expliquent cela par le fait que le monde de la fiction offre un lieu sécurisé pour s’identifier aux personnages malfaisants qui auraient tendance à ne pas nous attirer dans la vraie vie, sans mettre à mal l’image que nous avons de nous-mêmes.

"Nos recherches suggèrent que les histoires et le monde de la fiction peuvent offrir un refuge dans lequel on peut contempler nos penchants négatifs", explique l’auteur Rebecca Krause.

"Lorsque les personnes se sentent en sécurité, elles s’intéressent plus aux comparaisons aux personnages négatifs qui leur ressemblent dans d’autres aspects." "On veut se percevoir de manière positive", poursuit le professeur Krause. "Trouver des similitudes entre soi et un personnage méchant peut être inconfortable."

Un modèle qui nous ressemble ?

Le co-auteur Derek Rucker a aussi expliqué que "lorsqu’on ressent moins d’inconfort face à la comparaison, il semble qu’il y ait quelque chose d’attirant à avoir des points communs avec un méchant".

"Par exemple, les personnes qui se perçoivent comme sournoises et chaotiques peuvent se sentir particulièrement attirées par un personnage comme le Joker dans les films de Batman alors qu’une personne qui partage l’ambition et l’intelligence de Voldemort pourrait se sentir plus attirée par le personnage de la saga Harry Potter", a ajouté le professeur Krause.

"La fiction offre peut-être une manière de nous intéresser à des aspects plus sombres de notre personnalité sans nous interroger sur le fait que nous sommes une bonne ou une mauvaise personne en général", conclut la chercheuse.