Poupée pour les garçons, foot pour les filles : les manuels scolaires bientôt moins sexistes

Poupée pour les garçons, foot pour les filles : les manuels scolaires bientôt moins sexistes
Poupée pour les garçons, foot pour les filles : les manuels scolaires bientôt moins sexistes - © FamVeld - Getty Images/iStockphoto

Les clichés sexistes seront bientôt interdits dans les manuels scolaires en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le projet de décret a été déposé par la majorité PS-CDH et l'opposition MR. La question fait donc l'unanimité politique, et préoccupe aussi le monde enseignant.

Car parmi les enfants et les jeunes, les stéréotypes sont toujours bien présents. Une façon de lutter contre ce phénomène, c'est de commencer par les sortir des livres d'école. Les maisons d'édition y sont déjà très attentives, mais il est parfois difficile de ne pas tomber dans certains pièges.

Violaine Lejeune est prof de français mais aussi auteure, depuis peu, de manuels scolaires. Cette jeune enseignante se croyait à l'abri des cliches sexistes et pourtant... " Je me suis retrouvée devant des textes où la petite fille jouait à la poupée et le garçon courait dans la boue, jouait au foot. De prime abord, les textes correspondaient aux caractéristiques que je recherchais, donc je pouvais les accepter. Mais avec du recul, non, ce n’était pas possible… "


Sortir des stéréotypes
Chaque manuel est relu par un collectif d'auteurs. Et les maisons d'édition sont particulièrement vigilantes à certains points. " D’abord éviter la sur-représentativité d’un genre par rapport à un autre, explique Anne Scieur, des Editions Erasme. Aussi éviter de représenter de manière classique les filles et les garçons dans les mêmes rôles sociaux. Par exemple, éviter de toujours représenter les garçons dans un rôle actif et créatif, et les filles dans un rôle d’assistance et sensible. "

La discrimination sexuelle se loge aussi parfois dans le déséquilibre entre des personnages historiques masculins surreprésentés et même dans le choix des mascottes auxquelles, on évite de donner un genre sexuel. Les cliches sont déjà assez présents dans la société. Inutile que les manuels scolaires contribuent à les renforcer.

 

Article original paru sur RTBF INFO