Petits et grands mensonges dans le couple

Imaginez que votre chéri(e) passe la journée à vous concocter un repas de Saint Valentin, suant sang et eau dans la cuisine pendant des heures. Lorsqu’enfin, le met vous est présenté et que vous  en prenez une première bouchée, vous réalisez que c’est parfaitement immangeable ! Qu’allez-vous lui dire ? " Décidément, c’est sans espoir, t’es vraiment une tache en cuisine. Bon je commande une pizza ! "… Ou alors, si la relation vous tient vraiment à cœur vous saluerez l’effort et la générosité de votre amoureux(se) en faisant mine d’apprécier le repas malgré tout.

Ces menus mensonges pourraient être perçus comme de l’hypocrisie et pourtant ils participent de l’extrême complexité et variété de nos compétences à maintenir nos relations avec nos semblables.

Cela dit, il y a aussi de gros mensonges qui eux sont loin d’être anodins et qui au contraire sont tout à fait susceptibles de mettre la relation en péril.

Comment détecter le mensonge ?

Malheureusement, et contrairement à ce qu’on a pu nous faire croire, les nez des menteurs ne s’allongent pas lorsqu’ils mentent ! Et hélas, les signes révélateurs de mensonges sont souvent fort subtils et difficiles à identifier.

Cela dit ces signes seront plus ou moins manifestes en fonction de la motivation du menteur et en fonction de sa dextérité à mentir. Il est donc plus aisé de reconnaître un menteur occasionnel qu’un menteur expérimenté…

Alors, puisqu’il ne sert à rien d’observer le nez du menteur, à quoi faut-il faire attention ?

La plupart des gens (70% des personnes interrogées) s’imaginent que le menteur aura le regard fuyant lors de son "forfait". En réalité, les menteurs ont tendance à regarder leur interlocuteur droit dans les yeux, probablement pour paraître "franc", ainsi que pour observer les réactions de son vis-à-vis pour vérifier si le mensonge "prend".

En outre une étude qui a porté sur le clignement d’yeux montre que pendant la durée du mensonge, la personne cligne beaucoup moins des yeux que la moyenne. Mais une fois le mensonge terminé, on observe une recrudescence des clignements d’yeux. Cela est probablement dû au fait qu’au cours du mensonge, la personne se trouve à un niveau d’activation très important et que cette tension est fortement relâchée une fois le mensonge terminé.

On observe également une modification du comportement au niveau du langage. La personne qui ment utilise davantage de mots et notamment des mots relatifs aux sens. Elle émaille son discours de " tu vois ce que je veux dire " ou autres expressions similaires.

Une autre étude assez originale a porté sur le nombre de "hum"… Lors d’un discours normal, nous sommes souvent amenés à faire des pauses pour réfléchir à ce que nous disons, pauses qui se traduisent par des "euh, hum, heum…" plus ou moins longs. Lorsqu’une personne ment, ces pauses disparaissent ou en tout cas sont significativement réduites en nombres ce qui traduit le fait que le discours du menteur a été pré-élaboré.

Petits et grands mensonges

La plupart des mensonges qui peuvent naître au sein d’un couple sont bénins et ont une fonction de protection: on cherche à se protéger, protéger l’autre et partant protéger le couple.

Cependant, les couples sont parfois confrontés à des mensonges que l’on peut qualifier de grave dans la mesure où lorsqu’ils sont découverts, ils mettent en péril la pérennité du couple.

Lorsque l’un des membres du couple découvre un tel mensonge, il devient difficile de retrouver la confiance par la suite.  Une thérapie de couple peut alors s’imposer car si mensonge il y a eu, il peut être utile de le considérer comme le symptôme d’un dysfonctionnement de la relation.

Article original et vidéo publiés sur Sans Chichis.