Les réseaux sociaux, un soutien pour la jeunesse américaine

Les réseaux sociaux, un soutien pour la jeunesse américaine.
Les réseaux sociaux, un soutien pour la jeunesse américaine. - © insta_photos - Getty Images/iStockphoto

La pandémie de Covid-19 et les mesures restrictives mises en place pour l'enrayer ont eu des répercussions psychologiques sur les adolescents et jeunes adultes américains. Pour prendre soin de leur santé, beaucoup d'entre eux ont trouvé du réconfort auprès des réseaux sociaux.

Si les conséquences sanitaires et économiques de la pandémie sautent aux yeux, ses répercussions sur la santé mentale des adolescents et jeunes adultes sont plus difficiles à mettre en évidence. Mais elles ne cessent d'inquiéter les chercheurs américains.

A raison : près de 40% des jeunes de 14 à 22 ans du pays ont souffert de symptômes de dépression "modérée à sévère" en 2020, selon une récente étude de Common Sense. Ils n'étaient qu'un quart à affirmer la même chose en 2018. Le phénomène est encore plus marqué chez les jeunes Américains dont l'un des proches a contracté la Covid-19.

Solitude, stress : les réseaux sociaux pour ne pas craquer

Les chercheurs ont constaté que plus d'un adolescent et d'un jeune adulte sur cinq déclarent que les réseaux sociaux sont "très" importants pour eux. Et ce, que ce soit pour obtenir du soutien et des conseils en cas de besoin (20%), se sentir moins seuls (21%), s'inspirer des autres (23%) ou encore s'exprimer de manière créative (25%).

Les dépressifs sont encore plus susceptibles de les considérer comme "très" importants que les autres.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'utilisation des réseaux sociaux et d'autres ressources en ligne a un impact positif sur les 14-22 ans qui se sentent déprimés, stressés ou anxieux.

"J'ai consulté plusieurs subreddits [forums de discussion sur Reddit, ndlr] sur la dépression et l'anxiété, j'ai trouvé de bons conseils et différentes façons d'aborder le problème", a déclaré un jeune Américain de 22 ans dans le cadre de l'étude de Common Sense. Seuls 17% des jeunes interrogés ne partagent pas cette opinion et affirment que les réseaux sociaux contribuent à leur mal-être.

Les filles particulièrement en quête d'infos santé

Les chercheurs ont toutefois remarqué des différences notables entre les groupes démographiques en ce qui concerne la consultation de sites sur la santé et le bien-être.

Les adolescentes et les jeunes femmes sont plus susceptibles de chercher des informations sur les états anxieux, dépressifs, les problèmes de stress et les troubles alimentaires que leurs homologues masculins.

Plus surprenant encore : les Afro-Américains de 14 à 22 ans ont tendance à effectuer moins de recherches en ligne concernant leur santé que les autres jeunes de leur âge (77% contre 86%). 

Comme de nombreux Américains, les 14-22 ans ont aussi eu tendance à utiliser des applications mobiles liées à la santé l'année dernière. Cette tendance est plus soutenue chez les jeunes adultes, qui ont notamment privilégié celles autour du sommeil (30%) et du stress (17%).