Les personnes âgées seraient plus respectées au Japon et en Chine qu'aux Etats-Unis

Publiées dans les revues Personality and Social Psychology Bulletin et European Journal of Social Psychology, leurs deux études révèlent que ces préjugés varient fortement selon les pays, et qu’ils peuvent avoir un impact sur la santé de nos aînés.


Lire aussi : L’habitat participatif chez les seniors : une alternative aux maisons de retraite



Une étude sur plus de 800.000 personnes

Pour parvenir à ces constats, les scientifiques se sont basés sur le Test d’association implicite, qui mesure les associations d’idées automatiques, la plupart du temps inconscientes. Pas moins de 800.000 personnes issues de la base de données de l’organisation Project Implicit ont participé à chacune des deux études. L’objectif principal ? Tenter de déterminer les sentiments et les préjugés du public envers l’âge.

"Les personnes âgées sont l’un des seuls groupes stigmatisés dont nous ferons tous partie un jour."

Et cela m’a toujours paru intéressant – que nous pouvions traiter si mal un groupe de personnes que nous sommes destinés à devenir un jour. Créer des environnements plus équitables pour les personnes âgées est même dans l’intérêt personnel des plus jeunes", explique William Chopik, professeur adjoint de psychologie à l’Université d’État du Michigan et principal auteur de ces études.

Les cultures collectivistes ont moins de préjugés

2 images
Les cultures collectivistes ont moins de préjugés © Ippei Naoi - Getty Images

La première étude, qui s’est intéressée à la proportion de préjugés en fonction de chaque pays du monde, montre que les pays ayant une culture collectiviste comme le Japon, la Chine, la Corée, l’Inde, et le Brésil, étaient moins à même d’avoir des préjugés liés à l’âge et à la vieillesse.


Lire aussi : Kyushu, ou comment se connecter à l’essence du Japon


A contrario, les pays les moins axés sur la cohésion et l’harmonie de groupe comme les États-Unis, l’Allemagne, l’Irlande, l’Afrique du Sud, ou encore l’Australie, avaient beaucoup plus de préjugés sur leurs aînés, et avaient plus tendance à vouloir maintenir une apparence jeune et active.

Pour la seconde enquête, les chercheurs se sont penchés sur les différents États des États-Unis, ainsi que sur l’impact des préjugés sur la santé des seniors. Ils ont découvert que non seulement les préjugés se concentraient essentiellement dans le sud et le nord-est des États-Unis, mais également que les États dans lesquels les préjugés étaient les plus présents affichaient les plus faibles espérances de vie pour les personnes âgées. Dans la même veine, les coûts liés à la santé de ces États étaient également les plus élevés, et l’engagement communautaire était plus faible, tout comme l’accès aux soins.

Des idées reçues néfastes pour la santé

"Nos deux études démontrent comment l’environnement local affecte les attitudes des gens et la vie des personnes âgées. Nous grandissons dans nos environnements et ils nous façonnent de manière assez importante et de manière que nous ne réalisons même pas. Être exposé à des politiques et à des attitudes au niveau national peut influencer la façon dont vous interagissez avec les personnes âgées. Au niveau des États aux États-Unis, la façon dont vous traitez les personnes âgées a des implications importantes pour elles – par exemple, leur santé et leur espérance de vie – et même l’économie, à savoir combien nous dépensons pour les soins de santé des personnes âgées", conclut le principal auteur de l’étude.