Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques

 

 

Publiées dans la revue médicale Acta Paediatrica, les recherches ont porté sur 10.390 élèves islandais scolarisés en 6e année (11 ans), 8e (13 ans) et 10e année (15 ans). Les participants ont répondu à un questionnaire anonyme standardisé portant sur l'intimidation, la douleur et la prise d'analgésiques. L'objectif de cette enquête était de déterminer si l'utilisation d'analgésiques était associée au harcèlement scolaire. 

Selon l'étude, les élèves victimes d'intimidation ressentent plus de douleurs que leurs camarades non harcelés et sont 2 fois plus susceptibles d'utiliser des analgésiques.

"L'intimidation se produit dans toutes les écoles et ses effets sur la santé sont omniprésents. Les interventions visant à réduire les bizutages et à promouvoir la santé dans les écoles sont importantes et pourraient réduire l'utilisation des analgésiques chez les adolescents", estime la Dre Peirnlla Garmy, maîtresse de conférences à l'Université Kristianstad, en Suède, et co-autrice de l'étude

On considère qu'un enfant ou un adolescent est victime de harcèlement scolaire lorsqu'il subit des insultes, des moqueries, des menaces et des violences physiques ou verbales de la part des autres élèves.