Les ados influencés par l'alcool à l'écran

La consommation d'alcool au cinéma a une influence négative certaine sur les adolescents selon cette étude Britannique.
La consommation d'alcool au cinéma a une influence négative certaine sur les adolescents selon cette étude Britannique. - © © iStock - lculig

Des chercheurs britanniques ont étudié le comportement de jeunes face à des films ou des séries télévisées mettant en scène de l'alcool. James Bond, Jack Sparrow ou encore Don Draper... Les héros s'adonnant à la boisson, pourraient bien influencer les adolescents.

Des chercheurs en Sciences sociales de l'université de Bristol se sont penchés sur le comportement d'adolescents de 15 ans pour étudier quel impact avaient sur eux les films comportant des scènes de consommation d'alcool.

Pour les besoins de leurs travaux, dont les conclusions ont été publiées le 13 avril dans la revue Pediatrics, les chercheurs sont partis des données issues de l'étude longitudinale britannique sur 5163 jeunes de 15 ans dans divers domaines d'études.

Les chercheurs ont questionné les jeunes pour connaitre leurs habitudes en matière de consommation d'alcool et savoir s'ils avaient vu une cinquantaine de films piochés dans le répertoire populaire et pris au hasard allant du "Journal de Bridget Jones" à "Aviator".

Après avoir pris en compte différents facteurs tels que les habitudes de consommation d'alcool des parents, le genre et la classe sociale, l'équipe a utilisé les réponses des participants pour quantifier le degré d'exposition à la boisson en additionnant la somme des minutes de chaque film regardé montrant à l'écran des scènes d'alcoolisation.

Leurs conclusions révèlent que les jeunes qui avaient été témoins du plus grand nombre de scènes de beuveries au cinéma avaient 20% de risques de plus que les autres de se laisser tenter par l'alcool. Ils avaient aussi 70% de risques de s'adonner à la beuverie.

Les chercheurs indiquent encore que le risque de boire plus d'une fois par semaine était multiplié par deux, tout comme celui d'avoir des problèmes liés à l'alcool dans leur vie quotidienne (contrôles de police ou difficultés en lien avec leur travail scolaire).

Le système de classification des films devrait prendre en compte la consommation d'alcool au même titre que les scènes de sexe ou de violence, notent encore les auteurs de cette étude. Ces derniers soulignent aussi qu'entre 1989 et 2008, 72% des films à succès en Grande-Bretagne mettaient en scène des personnages en train de boire. Or, seuls 6% de ces films étaient classés comme réservés aux adultes.

Les adolescents s'identifient aux personnages qui consomment de l'alcool et leur semblent sympathiques ou cools, analysent les chercheurs. Siroter un verre de vin ou illustrer les folies du Spring break à l'américaine n'est donc pas sans danger. L'étude illustre le fait que trop peu de films mettent en avant les effets négatifs de l'alcool comme les lendemains de cuite par exemple.

L'alcool à la télévision comme au cinéma est le reflet d'un véritable problème de société déjà illustré par d'autres études. Ainsi, en février 2012, le Bristish Medical Journal montrait déjà comment les films facilitent l'entrée dans l'alcool, particulièrement chez les jeunes, plus vulnérables et sensibles à l'effet de groupe.

La précocité de l'expérimentation et de l'entrée dans la consommation accroit les risques de dépendance ultérieure selon un rapport de l'Inserm de 2012 dédié aux conduites addictives chez les adolescents.

 

RTBF TENDANCE avec AFP