Les adolescentes LGBT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues

Les adolescentes LGBT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues
Les adolescentes LGBT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues - © FG Trade - Getty Images

D'après une étude américaine, les adolescentes LGBT+ courent un risque accru de consommation d'alcool et d'autres drogues dès l'âge de 13 ans.

 

Réalisée par des chercheurs de l'université d'État de l'Oregon (Etats-Unis) et publiée dans le Journal of LGBT Youth, l'étude s'appuie sur des données recueillies auprès d'environ 2.200 participantes, sélectionnées à partir du programme Pittsburgh Girls Study.

Les chercheurs ont examiné la consommation d'alcool et d'autres drogues chez les femmes âgées de 13 à 20 ans, en différenciant celles qui se considèrent hétérosexuelles et à celles qui se sont identifiées comme gay ou bisexuelles. 

Les probabilités de consommation d'alcool et d'autres drogues chez les femmes qui s'identifient comme des minorités sexuelles sont 400% plus élevées que chez les jeunes filles hétérosexuelles. 

"Cette différence frappante intervient dès l'âge de 13 ans et il y a une augmentation rapide du taux de consommation de cigarettes et d'alcool à partir de là", note Sarah Dermody, autrice principale de l'étude.

L'enquête montre également que la différence de consommation entre les deux groupes de filles a persisté et s'est accentuée au fur et à mesure qu'elles atteignaient la vingtaine.



Des recherches antérieures ont démontré que les adolescents LGBT ont déclaré consommer près de trois fois plus de substances que les jeunes hétérosexuels. "Cette disparité est peut-être due en partie au stress causé par la discrimination, la violence et la victimisation en raison de leur appartenance à une minorité sexuelle", analyse la Pre Dermody.

"Nous devons trouver des moyens d'intervenir le plus tôt possible pour prévenir la consommation d'alcool et d'autres drogues dans cette population." De tels efforts pourraient également contribuer à réduire les disparités en matière de consommation d'alcool et d'autres drogues au fil du temps, considère la chercheuse.