Le stress familial influe sur l'obésité des jeunes

Pour les besoins de cette étude, menée par des chercheurs de l'université de Houston, les données de 4762 adolescents, nés entre 1975 et 1991 et suivis dans le cadre de la cohorte américaine "National Longitudinal Study of Youth", ont été étudiées.

Trois types de stress familial ont été pris en compte : l'éclatement de la cellule familiale (ou la séparation des parents), les difficultés financières et le mauvais état de santé de la mère.

La relation entre l'exposition à long terme à ces trois types de stress et le poids des jeunes à l'âge de 18 ans a ensuite été analysée par l'équipe qui a calculé et attribué pour chaque participant un indice global d'exposition à ces trois facteurs.

Plusieurs conclusions ressortent de leur enquête, dont les résultats ont été publiés dans la revue Preventive Medicine du mois d'avril 2015. Elles confirment qu'être exposé à au moins l'une de ces situations de stress durant l'enfance conduit au surpoids ou à l'obésité durant l'adolescence.

D'autre part, seuls les garçons sont concernés par ce risque dans le cas où la santé de la mère est mauvaise. Le surpoids des filles est quant à lui plus directement impacté par les trois types de stress confondus, ce qui n'est pas le cas pour leurs congénères masculins.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) définit le surpoids et l'obésité comme "une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé". En Belgique, 15% des enfants de 3 à 17 ans sont actuellement considérés en surpoids.

Détendez-vous, c'est bon pour votre santé !