Le niveau d'attirance des enfants pour la télévision pourrait varier selon le tempérament du bambin

Le niveau d'attirance des enfants pour la télévision pourrait varier selon le tempérament du bambin.
Le niveau d'attirance des enfants pour la télévision pourrait varier selon le tempérament du bambin. - © am2photo - Getty Images

Le tempérament des enfants pourrait déterminer la quantité de télévision qu'ils regardent, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs anglais.

Publiée dans le journal Infancy, la recherche a analysé l'activité cérébrale de 48 bébés de 10 mois pendant qu'ils regardaient un clip de 40 secondes du film "Fantasia" (Walt Disney) en boucle.

En se basant sur des questionnaires remplis par les parents et en observant comment les ondes cérébrales des enfants réagissaient à des interruptions aléatoires du film, l'équipe de scientifiques a permis de prédire à quel rythme ces enfants prendront plaisir à regarder des émissions de télévision six mois plus tard.

Le goût de la nouveauté conditionnerait le besoin de stimulation visuelle

Ces derniers ont constaté que si certains enfants commençaient à se lasser de la vidéo au fur et à mesure qu'ils mémorisaient son contenu, d'autres en revanche ont continué à montrer le même intérêt pour le dessin animé, même lorsque la nouveauté n'était plus au rendez-vous. 

"Nous voulions savoir pourquoi les bébés semblent si différents dans leur façon de rechercher de nouvelles stimulations visuelles et sensorielles, comme le fait d'être attirés par des objets brillants, des couleurs vives ou des images animées à la télévision. Il y a eu plusieurs théories pour expliquer ces différences, certaines suggérant que les bébés moins sensibles chercheront moins de stimulation, d'autres suggérant que certains bébés sont simplement plus rapides à traiter les informations, ce qui pourrait les pousser à chercher de nouvelles stimulations plus fréquemment", explique la Drz Teodora Gliga, professeure à l'école de psychologie de l'université d'East Anglia, qui a dirigé les travaux.  

"Dans cette étude, nous apportons un soutien à une troisième théorie en montrant qu'une préférence pour la nouveauté fait que certains nourrissons recherchent une stimulation plus variée", ajoute la chercheuse. 

L'équipe de recherche affirme que ces résultats sont importants pour le débat en cours sur l'exposition précoce à la télévision. La prochaine étape consistera à comprendre exactement ce qui motive ces différences individuelles dans l'attention portée à la nouveauté.