Le manque de sommeil exacerbe la colère

Le manque de sommeil exacerbe la colère
Le manque de sommeil exacerbe la colère - © pepifoto - Getty Images/iStockphoto

Des chercheurs américains ont montré qu'un manque de sommeil d'à peine deux heures pouvait rendre plus colérique et diminuer les capacité d'adaptation à certaines situations.

 

Ces recherches, menées par des chercheurs de l'Iowa State University, ont suivi 142 participants assignés de manière aléatoire à deux groupes.

On demanda au premier groupe de suivre sa routine habituelle de sommeil sur une période de deux jours alors que le deuxième groupe devait réduire ses nuits en retranchant deux à quatre heures de sommeil deux nuits d'affilée.

Les participants devaient aussi évaluer leur sentiment de colère avant et après ces deux nuits au cours d'un test mené en laboratoire pendant lequel ils devaient évaluer des produits tout en écoutant des bruits de fond visant à créer des situations de frustration pouvant provoquer la colère.

 

Leurs résultats, parus dans le Journal of Experimental Psychology: General ont montré que les personnes qui se conformaient à leurs horaires habituels de sommeil dormaient en moyenne sept heures, alors que l'autre groupe dormait environ quatre heures et demie par nuit, une durée qui reflète le manque de sommeil auquel nous devons régulièrement faire face, comme l'ont noté les chercheurs. 

Les scientifiques ont par ailleurs trouvé que les restrictions de sommeil intensifiaient de manière universelle les sentiments de colère.

Le co-auteur Zlatan Krizan a même ajouté que le manque de sommeil avait un effet direct sur la colère plutôt que de créer des sentiments plus négatifs sur le moment.

 

Cette étude est l'une des premières à montrer avec des preuves à l'appui qui le manque de sommeil peut déclencher des sentiments de colère alors que les recherches précédentes avaient trouvé un lien mais sans relation causale, à en croire les chercheurs. Le manque de sommeil avait déjà été relié à une augmentation des émotions négatives, telles que l'anxiété et la tristesse, et à une baisse des émotions positives comme la joie et l'enthousiasme.

"En général, la colère était considérablement plus forte chez les personnes dont la durée de sommeil avait été restreinte", a expliqué le professeur Krizan. "Nous avons manipulé le bruit pendant les tâches pour le rendre plus ou moins énervant et comme prévu, les sujets ont rapporté plus de colère lorsque le bruit était le plus déplaisant. Lorsque la durée de sommeil avait été restreinte, les personnes rapportaient encore plus de colère, peu importe le bruit."

"Malgré les tendances caractéristiques de s'adapter plus ou moins à des conditions irritantes - une chemise trop serrée ou un chien qui aboie -, les individus qui manquaient de sommeil montraient en réalité une tendance allant vers une augmentation de la colère et du désarroi, inversant fondamentalement leur capacité à s'adapter aux conditions énervantes au cours du temps. Personne n'avait montré cela auparavant.

 

Des résultats préliminaires émanant d'une étude séparée menée par la même équipe avaient aussi montré que les expériences menées en laboratoire reflétaient la réalité, les chercheurs ayant noté que les étudiants qui avaient participé à l'étude rapportaient aussi constamment plus de colère qu'habituellement les jours où ils avaient moins dormi.

Les scientifiques commencent actuellement à rassembler des données pour voir si le manque de sommeil pouvait aussi exacerber les comportements agressifs envers les autres.