Le Japon nomme un ministre de la solitude face à la hausse de suicides

Le Japon nomme un ministre de la solitude face à la hausse de suicides
Le Japon nomme un ministre de la solitude face à la hausse de suicides - © CHARLY TRIBALLEAU - AFP

Le Japon voit une augmentation des suicides suite aux mesures prises pour éradiquer le Coronavirus. Un ministre a été nommé pour tenter de soutenir les gens et diminuer le nombre de morts pour cause de détresse psychologique.

Si le coronavirus a fait parler de lui pour le nombre de morts qu’il cause de manière (plus ou moins) directe (en fonction également de comorbidités spécifiques), il commence à de plus en plus faire parler de lui pour la détresse psychologique qu’il engendre (au travers des restrictions imposées).

L’ensemble des mesures prises par les gouvernements sont de plus en plus difficiles à supporter et la solitude engendrée pèse sur tout le monde. Si l’on est habitué à parler de la solitude des plus âgés, c’est dans la tranche 20-35 ans que l’on trouve le plus de gens qui souffrent de l’absence de vie sociale. En effet, rien qu’à Bruxelles le parquet de Bruxelles constate une augmentation de 20% des suicides depuis le début de la crise sanitaire.


Lire aussi : La Belgique est le cinquième pays d’Europe où le taux de suicide est le plus élevé


Au Japon, les chiffres sont plus choquants qu’ailleurs, bien que ce soit le cas dans de nombreux pays (la Belgique y compris) : 20.919 personnes se sont suicidées en 2020, cela correspond à 60 suicides par jour. Des chiffres éloquents, sachant que le pays n’est plus (depuis 2010) l’endroit du monde où l’on se suicide le plus, comme on peut le voir sur le site de l’OMS.

Les jeunes et les enfants sont de plus en plus nombreux à se suicider

Le pays a donc décidé de prendre les choses en main et de tenter d’apaiser la souffrance des habitants. Le 12 février, Tetsushi Sakamoto, ancien ministre de la Revitalisation régionale, a été nommé ministre de la solitude ou, du nom complet de sa fonction : "ministre en charge de la politique de lutte contre la solitude et l’isolement". Si l’on ne sait pas encore ce qui va être mis en place pour aider les gens qui souffrent psychologiquement de cette pandémie, il s’est déjà exprimé sur la situation : "Le lien social s’est terriblement distendu au Japon. Ça ne date pas d’hier, mais la pandémie a encore aggravé cela en restreignant beaucoup nos possibilités de socialiser."


Lire aussi : Cycle for Freedom : les jeunes Belges n’en peuvent plus et veulent être entendus


D’après Europe 1, de plus en plus de jeunes et très jeunes se suicident au Japon. "Et même parfois des enfants. Le nombre de suicides de mineurs a doublé par rapport à l’an dernier. Chaque semaine, une dizaine d’enfants ou d’adolescents mettent fin à leurs jours dans le pays." De plus, si l’on en croit les chiffres d’une étude menée par l’Unicef, les enfants japonais sont les avant-derniers en termes de bien-être psychologique (devançant d'une place les enfants turques).

Le Japon s’attend également à une nouvelle vague de suicides puisqu’ils ont remarqué, lors des grands évènements catastrophiques déjà vécus par le pays, que les gens gardent le moral pendant environ 6 mois avant de craquer. Les chiffres montent généralement après les évènements difficiles et les mesures doivent être prises aujourd’hui afin d’éviter cet effet à retardement.