La pratique professionnelle de la batterie changerait la structure cérébrale

La pratique professionnelle de la batterie changerait la structure cérébrale.
La pratique professionnelle de la batterie changerait la structure cérébrale. - © South_agency - Getty Images

Des chercheurs allemands ont montré que le fait de jouer de la batterie quotidiennement et de nombreuses années durant semblait changer la structure et le fonctionnement cérébral des sujets par rapport aux non musiciens.

Cette petite étude a suivi 20 batteurs professionnels qui jouaient en moyenne de la batterie depuis 17 ans au moment de l'étude et qui pratiquaient leur instrument plus de dix heures par semaine.

Coordination motrice plus élaborée

"Il est connu depuis longtemps que la pratique d'un instrument de musique peut change le cerveau grâce à des processus neuroplastiques", a commenté la co-auteure Sarah Friedrich, "mais personne ne s'était intéressé précisément aux batteurs."

Les chercheurs ont décidé d'étudier ce type de musiciens pour la première fois parce qu'ils affichent une meilleure coordination motrice que les autres.

Les batteurs peuvent ainsi réaliser des tâches motrices complexes avec les 2 mains à un niveau similaire de performance.

"La plupart des gens ne peuvent réaliser des tâches de motricité fine qu'avec une seule main et ont des difficultés à jouer différents rythmes avec les deux mains simultanément", explique la chercheuse Lara Schlaffke "Les batteurs peuvent faire des choses qui sont impossibles aux personnes non formées."

Hémisphères cérébraux mieux connectés

Leurs résultats ont montré qu'en comparaison avec le groupe témoin, les batteurs professionnels affichaient des différences évidentes dans la zone avant du corps calleux, une partie du cerveau responsable de l'organisation des mouvements et qui connecte les deux hémisphères cérébraux.

A cet endroit, les batteurs avaient moins de fibres mais elles étaient plus épaisses, ce qui leur permet d'échanger plus rapidement des informations entre les hémisphères.

La structure du corps calleux prédisait aussi les performances à un test de batterie: plus les fibres étaient épaisses, meilleure était la performance des musiciens. Les batteurs affichaient aussi une organisation plus efficace des zones cérébrales motrices.