La pleine conscience peut aider les ados à mieux se nourrir et à faire de l'exercice

La pleine conscience peut aider les ados en surpoids à se mettre à faire de l'exercice.
La pleine conscience peut aider les ados en surpoids à se mettre à faire de l'exercice. - © Johnny Greig/istock

Une nouvelle étude montre que le fait d'encourager les adolescents à prendre conscience de ce qu'ils mangent est l'une des manières les plus simples d'améliorer leurs habitudes alimentaires.

Une étude pilote menée par des chercheurs de l'Augusta University de Géorgie aux États-Unis a fait appel à 40 adolescents de troisième. Ces derniers ont suivi soit leurs cours habituels de santé (biologie) soit un programme d'information nutritionnelle fondé sur la pleine conscience.

De nombreux adolescents du groupe étaient en surpoids et ne mangeaient pas sainement.

On a montré aux ados du groupe de pleine conscience des techniques de respiration et de méditation, et expliqué comment prendre conscience du goût des aliments et du sentiment de satiété. Les entraînements comprenaient aussi un volet portant sur les bienfaits de l'exercice et le mouvement en pleine conscience, la marche méditative...

20% des participants aux ateliers de pleine conscience avaient rapporté avant le début des séances qu'ils n'étaient pas conscients de leurs habitudes alimentaires, ne savaient pas s'ils mangeaient trop vite ou s'ils avaient trop mangé.

Cependant, suite à une évaluation au terme de 12 semaines de programme, et suite à un suivi de trois mois, les chercheurs ont noté que les membres du groupe de pleine conscience avaient amélioré leurs habitudes alimentaires, ils consommaient moins de graisses et de calories et rapportaient avoir moins faim qu'avant.

Cependant, ce programme n'a pas amélioré la suralimentation (binge-eating) rapportée par près de 60% des participants en début d'étude.

Les ateliers de pleine conscience ont par ailleurs permis d'améliorer les habitudes sportives des ados, ces derniers ont augmenté leur activité physique (de 2,9 jours à 4,3 jours par semaine), alors que les jeunes du groupe témoin ont vu reculer leur niveau d'activité d'une demi-journée par semaine.

L'un des auteurs, le Dr Vernon A. Barnes, a commenté que "cela nous donne une manière d'intervenir peu coûteuse qui peut facilement être transposée au quotidien des enfants en surpoids", et d'ajouter que les bonnes habitudes de pleine conscience peuvent porter leurs fruits tout au long de la vie.

Ces résultats s'inscrivent dans la lignée d'une étude publiée il y a quelques semaines sur les bienfaits de l'entraînement à la pleine conscience pour lutter contre l'obésité infantile. Des chercheurs de la Vanderbilt University de Nashville avaient trouvé que le cerveau des enfants obèses fonctionnait différemment de celui des enfants de poids normal, les encourageant ainsi à plus manger. Les scientifiques ont suggéré que l'entraînement régulier à des exercices de pleine conscience pouvait rééquilibrer les connexions cérébrales associées à l'obésité et encourager les enfants à changer d'attitude envers leur manière de s'alimenter.