La fin de l'heure d'été pourrait aggraver le risque de dépression

Thoughtful young woman holding digital tablet by window
Thoughtful young woman holding digital tablet by window - © Portra - Getty Images

Les résultats d'une étude danoise suggèrent que le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver augmentait les cas de dépression grave.

 

Menée par le professeur Søren D. Østergaard et son équipe de chercheurs de l'hôpital universitaire d'Aarhus, au Danemark, et en collaboration avec les universités de Copenhague et de Stanford, l'étude consistait à analyser 185.419 diagnostics de dépression enregistrés au Registre central danois de recherche psychiatrique entre 1995 et 2012.

L'étude a permis de découvrir que le nombre de patients diagnostiqués dépressifs hospitalisés en psychiatrie augmentait immédiatement après le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver : le nombre de cas est alors environ 8% plus élevé qu'avant la transition. L'équipe du professeur Østergaard assure également que cette augmentation est bien due à la transition horaire et non pas à d'autres facteurs, comme le raccourcissement de la durée du jour ou la dégradation de la météo, qui étaient pris en compte pour l'étude.

De même, les chercheurs pensent que, même si l'étude se focalisait sur les cas de dépression sévère traités en hôpital psychiatrique, la transition horaire pourrait aussi aggraver le risque d'autres formes de dépression, moins graves.

Travailler près d'une fenêtre

Bien que l'étude ne révèle pas pourquoi la transition horaire pourrait causer cette augmentation du nombre de dépressions, l'équipe avance l'idée que c'est peut-être parce que le changement enlève une heure de soleil en fin d'après-midi pour l'ajouter au matin. Or le matin, beaucoup de gens ne peuvent pas profiter du jour, car ils sont encore chez eux en train de se préparer pour leur journée de travail. Et quand ils pourraient enfin profiter du jour après leur travail, il fait déjà nuit.

Les résultats peuvent être consultés en ligne sur le site de la revue Epidemiology(en anglais).

Des études précédentes avaient déjà souligné l'importance de recevoir dans la journée un nombre d'heures minimal de lumière du soleil, surtout en hiver. Elles suggéraient qu'être dehors était plus bénéfique le matin ; il était par conséquent donné comme conseil aux personnes qui ne peuvent pas facilement aller dehors d'ouvrir les rideaux chez eux et de s'installer près d'une fenêtre au bureau afin de maximiser la quantité de lumière qu'ils reçoivent.

Enfin, l'état de la recherche suggère également que l'exercice physique, la luminothérapie et la thérapie comportementale et cognitive peuvent aider à lutter contre la dépression pendant les mois d'hiver.