Huit femmes sur dix victimes de harcèlement sexuel dans l'espace public (sondage-France)

 

Dans le détail, 26% des femmes interrogées déclarent avoir été confrontées à au moins une situation de harcèlement au cours des douze derniers mois et 55% il y a plus d'un an, d'après cette enquête menée à l'occasion de la Semaine internationale de lutte contre le harcèlement de rue (8 au 14 avril).

Les formes verbales ou visuelles de harcèlement sont les plus répandues. Ainsi, 68% des sondées disent avoir subi des regards insistants ou des sifflements intempestifs dans la rue ou les transports, 32% des gestes à connotation sexuelle, 45% ont déjà été abordées sans leur consentement et 44% suivies durant leur trajet.

 

Concernant les agressions sexuelles, 32% des femmes déclarent avoir été victimes d'un frottement déplacé de la part d'un passant ou d'un passager, 29% d'attouchements à caractère sexuel et 8% d'un viol.

Plus d'une femme sur quatre (28%) a en outre déjà eu affaire à un exhibitionniste.

Globalement, 76% des femmes disent avoir subi ces situations de harcèlement dans la rue, contre 74% dans les transports.

 

Les agressions sexuelles sont en revanche plus présentes dans les transports publics: une femme sur trois (38%) a déjà été agressée sexuellement dans les transports contre une sur cinq (21%) dans la rue.

D'après cette étude, le profil type des victimes pourrait être celui d'une femme jeune (moins de 25 ans), résidant dans une grande agglomération - notamment parisienne -, lycéenne, étudiante ou avec des revenus modestes.

 

L'enquête a été réalisée en France en ligne auprès d'un échantillon représentatif de 2.008 femmes de 15 ans et plus, du 26 au 29 janvier (méthode des quotas). Les résultats sont transposables à la Belgique.