Etre mené par le bout du nez

Le consommateur est un être irrationnel. Il est influencé par de nombreux facteurs, dont les facteurs sensoriels. Les odeurs sont quelque chose d’extrêmement complexe et de très puissant. Des études scientifiques ont montré qu’on pouvait accroitre la concentration, les performances sportives avec des odeurs, on peut aussi diminuer les incivilités grâce aux odeurs.

Les odeurs peuvent inférer sur trois catégories : les émotions, les croyances et les comportements. Les odeurs permettent par exemple de faire se déplacer d’un endroit à un autre un individu ou d’influer sa vitesse de déplacement.

Les individus sont donc manipulables via les odeurs, ce qui pose un problème éthique : une odeur peut être utilisée pour susciter des impacts positifs mais pas pour tromper le consommateur (exemple : diffuser artificiellement une odeur de cuir dans un magasin de chaussures alors que les produits ne sont pas en cuir ; car cela amènera le consommateur à spontanément inférer des propriétés par rapport aux produits alors qu’elles ne sont même pas présentes !).

 

Article original publié sur Sans chichis