EnjoyPhoenix révèle dans une vidéo avoir été victime d’abus sexuel

La Youtubeuse française EnjoyPhoenix qui a déménagé en Belgique avec son compagnon Henri PFR a sorti une très longue vidéo dans laquelle elle aborde différents sujets dont les abus sexuels qu’elle a vécus pendant son adolescence.

C’est une vidéo de plus d’une heure que la youtubeuse a proposée à ses abonnés. L’intitulé ne parle pas directement de ce qu’elle a vécu mais d’autres soucis qu’elle rencontre malgré tout au jour le jour : "mon problème avec le mariage et les enfants". Si Maira Lopez (de son vrai nom) passe une bonne partie de la vidéo à expliquer pourquoi elle ne veut pas répondre aux fameuses questions "quand est-ce que tu te maries ?", " ne serait-il pas temps de faire un bébé ?".


Lire aussi : EnjoyPhoenix répond après avoir été traitée de prostituée pour une vidéo Instagram


À 26 ans, la jeune entrepreneuse qui a su surfer sur sa notoriété pour développer une start-up de soins et maquillage écologiques a surtout surpris sa communauté en parlant des abus sexuels qu’elle a vécus pendant son adolescence : "celle entre tes 12 et 18 ans, celle qui te fait prendre conscience de ce que c’est que la vie. Celle où tu te prends des grosses claques. Celle où tu connais aussi tes premières désillusions. Et des désillusions en amour, j’en ai eu. J’ai été trompée, j’ai été quittée salement”.

Une adolescence que beaucoup ont également vécue, l’amour n’est pas un long fleuve tranquille mais elle poursuit ensuite dans un registre beaucoup moins commun :

"comme beaucoup de jeunes filles, comme beaucoup de jeunes femmes", elle a été victime d’abus sexuels.


Elle poursuit dans sa vidéo : "je ne l’ai découvert que très récemment parce que je ne voulais pas mettre de mots dessus car pour moi, à ce moment-là, ça ne l’était pas. J’ai été abusée. Comme beaucoup. On a l’impression que ce n’est pas de l’abus sexuel, mais en fait ça en est".

Un sujet qu’elle n’a pas voulu étaler dans cette vidéo mais qui va probablement toucher beaucoup de femmes et jeunes filles abonnées à sa chaîne puisque, comme elle le souligne bien, beaucoup ont vécu ce genre d’abus au cours de leur vie. Une banalisation de la violence sexuelle qui est de plus en plus mise en avant dans la société et les médias pour éveiller les consciences et faire comprendre que non, ce n’est pas normal.