Écrivaine, résistante, femme engagée… La vie remarquable de Marguerite Duras

Marguerite Duras est une grande figure de la littérature française. Elle est aussi une femme engagée politiquement.

 

"Je ne suis pas une femme exceptionnelle. C'est écrire qui est exceptionnel", précisait Marguerite Duras. La femme de lettres naît en 1914 au Vietnam, pays qu'elle quittera à 17 ans pour faire des études de droit et de sciences politiques en France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s'engage dans la Résistance aux côtés de son mari, Robert Antelme, avant que celui-ci ne soit déporté dans le camp de Dachau. Elle fera le récit de cette période "intolérable" dans "La Douleur", qu'elle publiera à la fin de sa vie. "Je suis pour qu'on oublie l'Histoire, l'Histoire de France et l'Histoire du monde", soutient-elle.

 

Une artiste militante

En 1960, elle signe le "Manifeste des 121", qui prône la désobéissance militaire et l'indépendance de l'Algérie. "Si vous ne consentez pas librement à la révolution, vous n'y consentez pas", défend-elle. Par la suite, elle combattra aux côtés des manifestants de Mai 68 et sera favorable à la dépénalisation de l'avortement: "La femme, dans sa réalité quotidienne, est universelle et jamais vue".

Traduite dans plus de 35 langues, ses romans comme ses films sont teintés d'une grande modernité. Saluée par la critique, elle est récompensée par le prix Goncourt pour "L'Amant", dans lequel elle évoque son enfance à Saïgon. Dans les années 1980, elle enchaîne les cures de désintoxication et les rechutes alcooliques avant de s'éteindre le 3 mars 1996 à l'âge de 81 ans.