Devenons-nous plus généreux avec l'âge ?

Playful grandfather
Playful grandfather - © Geber86 - Getty Images

Une nouvelle étude suggère que nous devenons plus généreux avec autrui lorsque nous prenons de l'âge, même si cette générosité a peu de chances de nous être rendue.

Des études précédentes ont déjà démontré que le vieillissement était associé à une augmentation de la générosité, les personnes âgées étant plus susceptibles de faire du bénévolat, de se sentir concernées par l'écologie et d'être moins motivées par l'argent.

Cependant, les raisons de cette augmentation de l'attitude altruiste restent encore obscures.

Pour aller plus loin, une équipe de l'université nationale de Singapour (NUS) a cherché à savoir si les relations avec autrui pouvaient influencer la somme d'argent que les personnes âgées étaient capables de donner par rapport aux jeunes adultes.

Les chercheurs ont recruté 78 adultes pour leur étude : 39 "personnes âgées", d'un âge moyen de 70 ans, et 39 "jeunes", de 23 ans en moyenne.

Pour évaluer la générosité des participants, les chercheurs ont inscrit leur étude dans un cadre de travail appelé "social discounting" et qui fonctionne selon le principe que les gens traitent mieux les personnes qui leur sont proches que celles avec lesquelles ils ont une relation plus distante, et encore beaucoup mieux que les personnes qui leur sont complètement étrangères.

Les participants devaient noter leur lien de proximité avec les personnes de leur entourage social, et décider d'une somme d'argent qu'ils allaient donner à chacune.

Les chercheurs ont constaté que "jeunes" et "vieux" adultes étaient aussi généreux avec les personnes qui leur étaient proches, comme les membres de leur famille ou leurs amis.

Cependant, les participants les plus âgés étaient plus généreux avec les personnes qui ne leur étaient pas aussi proches, et leur niveau de générosité ne déclinait pas avec l'éloignement de la relation de manière aussi rapide que chez les jeunes adultes.

Les personnes âgées étaient également plus susceptibles de donner de l'argent à des gens qu'elles ne connaissaient pas, même si cette générosité avait peu de chances de leur être rendue.

Le docteur Narun Pornpattananangkul, l'un des auteurs de l'article de recherche, émet l'hypothèse que "des changements neurobiologiques liés à l'âge pourraient expliquer cette évolution de la générosité".

"Offrir aux personnes âgées davantage de possibilités d'aider les autres est non seulement bénéfique pour la société dans son ensemble, mais cela pourrait également être une aubaine pour le bien-être de ces personnes âgées", conclut Yu Rongjun, maître de conférences et auteur de l'étude. Son équipe envisage désormais d'autres recherches dans le domaine afin de mieux comprendre le phénomène.

Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue de la Société gérontologique américaine, The Journals of Gerontology.


AFP