Avoir des plantes sur son bureau réduirait le stress au travail

Les chercheurs ont constaté que le simple fait de placer des petites plantes à portée de vue a contribué à réduire le stress des employés qui ont participé à l'expérience.
Les chercheurs ont constaté que le simple fait de placer des petites plantes à portée de vue a contribué à réduire le stress des employés qui ont participé à l'expérience. - © PeopleImages / istockphoto.com

Et si installer des plantes sur le lieu de travail faisait partie de nos bonnes résolutions de l’année? Car si les plantes possèdent des vertus anti-stress reconnues depuis longtemps, elles seraient également bénéfiques pour gérer le stress professionnel, affirment des chercheurs japonais de l’université de Hyogo.

Parue dans HortTechnology, cette étude a mesuré le degré de l’impact psychologique et physiologique exercé par les plantes d’intérieur en se basant sur des expériences réalisées auprès de 63 employés de bureau d’une compagnie d’électricité située au Japon. Ces derniers ont été invités à se reposer pendant 3 minutes en restant assis à leur bureau dès lors qu’ils ressentaient de la fatigue.

L’étude a été réalisée en deux étapes : une phase de contrôle sans plante et une phase test pendant laquelle les participants ont choisi une petite plante à mettre sur leur bureau et dont ils se sont occupés. Le niveau de stress psychologique des employés volontaires a été mesuré à partir de l’index State-Trait Anxiety Inventory (STAI). Le stress physiologique a été évalué par les participants eux-mêmes, qui ont pris leur pouls tout au long de l’expérience.

Les interactions passives ou actives liées à la présence de plantes sur le lieu de travail, comme l’entretenir ou le simple fait de la regarder, ont été prises en compte concernant leur potentiel impact pour atténuer le stress et la fatigue.

"Notre étude indique que le fait d’avoir la possibilité de regarder intentionnellement les plantes présentes dans l’environnement de travail peut réduire le stress psychologique et physiologique des employés de bureau",
concluent les chercheurs.