Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes

Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes.
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes. - © brown54486 - Getty Images/iStockphoto

Alors que les terrasses de bars affichent complet, une étude montre que le fait d'arrêter l'alcool permettrait aux femmes d'améliorer non seulement leur santé physique mais aussi leur bien-être moral.

Cette étude de 2019 parue dans le CMAJ (Canadian Medical Association Journal) a été menée par des chercheurs de l'université de Hong Kong (HKU). Ils ont suivi 10.386 adultes âgés en moyenne de 49 ans. 56% étaient des femmes.

Les participants étaient soit abstinents, soit des buveurs modérés (14 volumes d'alcool par semaine pour les hommes et 7 pour les femmes) et ont été suivis quatre années durant entre 2009 et 2013.

Le bien-être physique et mental des participants était mesuré grâce à un sondage affichant un score allant de 0 à 100, les scores les plus élevés indiquant une meilleure santé. Pour valider leurs résultats, les chercheurs ont comparé ces données avec les réponses d'un sondage représentatif mené sur 31.079 Américains.

Jamais trop tard pour arrêter !

Leurs résultats ont montré que les adultes femmes et hommes qui ne buvaient jamais d'alcool enregistraient le plus fort taux de bien-être mental en début d'étude.

Par ailleurs, chez les femmes qui buvaient modérément et arrêtaient de boire de l'alcool en cours d'étude, on a observé une amélioration du bien-être mental.

Leur niveau de bien-être s'approchait même des femmes abstinentes au bout de 4 années d'arrêt.

Par contre, une consommation modérée mais persistante d'alcool pendant les quatre années n'était pas associée à un meilleur bien-être physique ou mental. 

Bien qu'une consommation modérée d'alcool ait déjà été associée à une santé physique amoindrie et à des maladies cardiovasculaires ou à des cancers, les effets de l'alcool sur la santé mentale sont à ce jour moins connus.

L'auteur de l'étude, le Dr. Michael Ni, commente : "La consommation mondiale d'alcool devrait continuer à augmenter, à moins que des stratégies efficaces soient employées. (...) Arrêter de boire pourrait être associé à un changement favorable du bien-être mental, pour s'approcher des niveaux des personnes n'ayant jamais bu".