Ados : la communication amoureuse fragilisée par l'utilisation des écrans

Une équipe de chercheurs de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill et de l'université de l'Etat de New York ont suivi 487 adolescents sur deux périodes distinctes espacées d'une année. Ils voulaient évaluer le temps qu'ils passaient à échanger avec la ou les personnes dont ils étaient amoureux avec des moyens de communication traditionnels (en face à face ou par téléphone) et par le biais des réseaux sociaux ou des SMS.

Les scientifiques ont ensuite évalué le niveau de compétence des ados concernant deux capacités relationnelles clés : gérer les conflits et savoir affirmer ses besoins. Ils ont trouvé que les jeunes qui passaient plus de temps à interagir en ligne que par téléphone ou en face à face enregistraient un niveau de compétence moindre dans les deux domaines clés précités.

Tant les garçons que les filles montraient un manque de maîtrise concernant le moment où il était nécessaire d'arrêter une querelle avant qu'elle ne dégénère. Ils avaient aussi du mal à comprendre le point de vue de leur partenaire, ou à communiquer à l'autre les choses qui les dérangeaient à propos de leur relation. Ces derniers effets étaient plus particulièrement présents chez les garçons.

On notera que l'adolescence est une période charnière au cours de laquelle on développe ses capacités de communication complexe et interpersonnelle.

Mais Jacqueline Nesi, en charge de cette étude, souligne qu'avec les "communications électroniques, on dispose d'un moins grand nombre de signaux interpersonnels. (...) Vous ne voyez pas les expressions du visage et vous n'utilisez pas la communication non-verbale. Donc l'utilisation prédominante des réseaux sociaux peut limiter la pratique de conversations 'en personne' qui sont cruciales pour que les adolescents, particulièrement les garçons, puissent développer ces importantes capacités".

Mitch Prinstein, co-auteur de l'étude, a tenu à préciser que même si les réseaux sociaux permettent aux jeunes de se sentir plus connectés les uns aux autres, il semblerait que "lorsqu'il est question de faire face à des aspects plus compliqués de la relation, plus les adolescents utilisent ces formes électroniques de communication, moins ils progressent au fil du temps au niveau du développement de ces capacités traditionnelles".

Ces résultats sont parus dans le Journal of Research on Adolescence.