55% des femmes hésitent à aller à la plage seules, de peur d’être harcelées

Insultes, drague lourde, moqueries… Le harcèlement à l’encontre des femmes ne se limite pas à la rue, mais se manifeste jusque sur la serviette de plage, montre un nouveau sondage.

Un tiers des sondées expliquent en effet avoir déjà été harcelées alors qu’elles étaient à la plage.

On connaît bien le fléau du harcèlement de rue, qui n’a pas diminué pendant les confinements. Connaissez-vous le harcèlement de plage ? Un sondage Yougov* réalisé pour l’application de rencontres américaine Bumble montre que près de la moitié des 18-24 ans (46%) et plus d’une femme sur trois (35%) entre 25 et 34 ans y ont déjà été confrontées.

 

Autre endroit, même harcèlement

Dans les faits, les attitudes des harceleurs sont très proches de celles que les femmes subissent dans la rue : insultes, moqueries, drague insistante, sifflement… Naturellement, la plupart des femmes se sentent mal à l’aise (53%) lorsqu’elles sont confrontées à des harceleurs, voire en colère pour 45%, ce sentiment étant plus fort chez les 18-34 ans.

Le fait d’avoir été harcelée ou d’avoir été témoin de harcèlement contribue à gâcher le plaisir d’aller à la plage : 55% des sondées qui ont déjà subi du harcèlement ou en ont été témoins hésitent à s’y rendre seules.

 

Summer body, toujours la pression

À l’approche des vacances, les femmes sont par ailleurs confrontées à une autre forme de pression psychologique : le fameux culte du "summer body", plus présent que jamais après des périodes de confinements successifs. En effet, 51% des femmes se sentent moins à l’aise pour retourner à la plage après le confinement en raison de leur apparence physique post-Covid. Ce n’est toutefois pas le cas pour 33% des sondées âgées 18-34 ans, qui affirment au contraire se sentir "plus à l’aise dans leur corps" qu’avant.

*Étude YouGov menée auprès de 1000 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus.