36 % des Belges passent leur pause-déjeuner devant un écran

36 % des Belges passent leur pause-déjeuner devant un écran
4 images
36 % des Belges passent leur pause-déjeuner devant un écran - © Geber86 - Getty Images

Plus d’un travailleur belge sur trois passent leur temps de midi à surfer sur Internet et à consulter les réseaux sociaux. Et 15 % des employés belges ne prennent même pas de pause à midi.

C’est ce qui ressort de l’enquête menée par l’Ugent en collaboration avec l'assureur-vie NN.

L’Enquête nationale du Bonheur a déjà montré que les Belges étaient plus heureux dans leur vie privée lorsqu’ils l’étaient également au travail et qu’ils côtoyaient des collègues agréables.

Ces dernières années, les travailleurs belges ressentent de plus en plus de stress et sont plus souvent fatigués : c’est la conséquence d’une pression accrue au travail et d’un manque de véritables pauses détente.

11 % des Belges se lèvent fatigués

Pas moins de 36% des Belges dorment entre 7 et 8 heures par nuit, et pourtant 11 % des Belges se lèvent en se sentant fatigués.

41 % des personnes interrogées déclarent avoir chaque semaine une petite baisse de régime à la fin de la journée de travail, tandis que 32 % la ressentent plusieurs fois par semaine.

Chez 5 % des répondants, ce "coup de mou" est même quotidien. Pas moins de 7 Belges sur 10 déclarent même commettre de temps en temps une erreur au travail à cause de la fatigue. 65 % ont régulièrement mal au dos, à la nuque ou aux épaules. 16 % des travailleurs belges en souffrent même au quotidien.

Pas le temps pour le lunch

La solution à ces baisses de régime tant physiques que mentales est pourtant évidente : faire régulièrement des pauses. Mais il y a du pain sur la planche : il ressort de l’étude que seulement 67% des employés belges prennent chaque jour leur pause-déjeuner. Les indépendants sont en revanche à peine 53 % et 10 % d'entre eux ne prennent même jamais de pause à midi.

Les pauses-lunch des travailleurs belges deviennent aussi de plus en plus courtes. Auparavant, on prenait parfois le temps d’aller manger au restaurant, mais aujourd’hui 64% des employés ne prennent pas plus d’une demi-heure de pause sur le temps de midi. Près d’ 1 ouvrier sur 4 (27%) prend moins d’un quart d’heure pour son repas de midi.

Le principe du " Time is money " n’a jamais été aussi bien appliqué.

Ce qui pose également problème c’est la qualité de notre pause-déjeuner. Seulement 42% des Belges interrogés prennent le temps de bavarder avec des collègues sur la pause de midi. 3% des sondés vont faire du sport et 14% vont se balader. 36% restent scotchés devant un écran pendant leur pause. Tandis que 29% surfent sur Internet et 24% consultent les réseaux sociaux.

Les travailleurs plus jeunes prennent plus de pauses que les plus de 50 ans

Pas moins de 66% des personnes interrogées déclarent ne jamais interrompre le travail en même temps que leurs collègues pour une pause-café. Chez les 20-34 ans, le chiffre passe à 57% et il grimpe à 71% chez les plus de 50 ans.

1 jeune travailleur sur 2 aimerait faire une pause de type "Fika" (café avec les collègues) sur son lieu de travail.

Chez les plus de 50 ans, le chiffre passe à 1 travailleur sur 3. Pourtant les pauses sont le meilleur moment pour créer des liens sociaux. Avoir des collègues sympathiques contribue notamment à une vie heureuse. L’Enquête nationale du Bonheur indique aussi qu’avoir une vie sociale épanouie nous rend plus heureux.

À propos de l’Enquête nationale du Bonheur

L’enquête nationale du bonheur menée par l’Université de Gand (UGent) doit permettre aux Belges d’identifier ce qui les rend heureux, mais doit surtout leur donner des astuces pour œuvrer à une vie agréable et heureuse. Entre mars 2018 et mars 2019, le professeur dr. Lieven Annemans, titulaire de la chaire NN à l’UGent, présente régulièrement des résultats issus de cette enquête. Au total, 3770 personnes ont participé à l’étude.